L'actualité des coins

Le département sud-africain des impôts recherche des moyens de suivre les transactions de Bitcoin

Coindesk
341vues

Les régulateurs financiers, les gouvernements et les responsables fiscaux du monde entier éprouvent des difficultés à contrôler le marché des crypto-monnaies. Il existe de nombreuses zones d’ombres difficiles à démêler sur ce réseau Blockchain en particulier. C’est pour résoudre ce problème que le South African Revenue Service (SRAS), l’organisme fiscal du pays, cherche de l’aide auprès des entreprises de haute technologie du monde entier.

Cryptocurry

Un pari risqué

Cette initiative du SRAS pourrait potentiellement ouvrir une boîte de Pandore. En effet, le droit à la vie privée est l’un des principaux avantages offerts par les transactions de Bitcoins. On sait, par exemple, qu’aux États-Unis, seulement 802 personnes ont payé des impôts sur leurs gains de Bitcoin au cours du mois de septembre. Et ce phénomène s’étend aux autres pays, car il n’y a pas encore de jurisprudence pour forcer les gens à révéler les détails de leurs transactions.

Acheter vos crypto-monnaies sur COINBASE
News.bitcoin.com

Un processus complexe

D’ordinaire, la SRAS demande aux banques de lui fournir des informations sur les investissements de leurs clients à des fins de vérification, mais dans l’univers des crypto-monnaies, il est difficile d’obtenir ce type d’informations. Le Dr Randall Carolissen, directeur du groupe de recherche du SRAS, admet qu’il étudie actuellement toutes les options. « Comme vous pouvez l’imaginer, la technologie Blockchain est un domaine très complexe. Sans en révéler trop, nous discutons actuellement avec certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde qui font un travail similaire au Canada et au Royaume-Uni et en Corée du Sud, et nous espérons obtenir les mêmes résultats.

Comme il n’existe encore aucun précédent sur la façon de surveiller les transactions sur ce type de système décentralisé, il sera difficile de soumettre les transactions de crypto-monnaies au régime fiscal de chaque pays, y compris l’Afrique du Sud.

Inline
Inline