L'actualité des coins

Aujourd’hui, le président de la CFTC plaide au Sénat pour les crypto-monnaies !

validation Bitcoin
Bienvenue dans le club de la finance - Source Pixabay
1.99Kvues

« L’Inde va combattre l’utilisation des crypto-monnaies », « la Chine va durcir les mesures à l’encontre des crypto-monnaies », « la Corée du Sud va bannir le trading des crypto-monnaies »… Ces dernières semaines, les gros titres portant à croire que le futur du complexe des crypto-devises est menacé se multiplient dans les médias.

En grattant sous la surface, on se rend pourtant compte qu’il s’agit soit du prolongement de mesures déjà en place (Chine), soit d’une volonté de mettre de l’ordre sur un marché passablement anarchique, ce qui ne peut être que positif pour sa pérennité. Mais les médias ne cessent de publier des articles alarmistes, qui ne font qu’amplifier les mouvements de prix, dans une certaine mesure prévisibles, engendrés par cette incertitude.

À côté de ces alertes qui font du buzz, il y a pourtant de bonnes nouvelles, sur lesquelles la presse insiste moins (c’est moins vendeur). Outre les contrats à terme sur le Bitcoin qui ont commencé à s’échanger sur le CME, les autorités son petit à petit en train d’adouber les crypto-monnaies après les avoir tolérées.

Les États-Unis, une garantie pour le futur des crypto-monnaies

Si certains pays comme la Chine ont choisi de bannir purement et simplement les crypto-monnaies, toutes les nations du monde n’ont pas le même regard sur l’écosystème. Aux États-Unis, les autorités et les régulateurs travaillent dès à présent sur l’instauration d’un cadre légal pour les crypto-monnaies.

À ce titre, le président de la CFTC, J. Christopher Giancarlo, doit aujourd’hui passer devant le comité bancaire du Sénat américain afin d’apporter son témoignage concernant le rôle des régulateurs sur ce marché, et par l’occasion donner son avis sur le complexe.

Nous disposons déjà de son témoignage par écrit, publié sur le site officiel de la commission bancaire du Sénat. Je vous traduis ici quelques passages, extrêmement intéressants :

« Pour commencer, je voudrais relever que le timing de cette audition arrive à point nommé. En général, les technologies financières émergentes sont en train d’ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire économique. Elles impactent le trading, les marchés et l’ensemble du monde financier, avec d’énormes conséquences pour la formation de capital et le transfert du risque. Ces technologies incluent l’intelligence artificielle, l’apprentissage machine, le trading algorithmique, l’analyse des données, les contrats intelligents qui s’autovalorisent et calculent les paiements en temps réel et les technologies à registres distribués qui, à terme, pourraient remettre en cause les structures traditionnelles des marchés. Elles transforment le monde qui nous entoure, ce n’est donc pas une surprise si ces technologies ont un impact aussi important sur les marchés des capitaux et des produits dérivés américains. » (page 1)

« Les avis ne manquent pas concernant les crypto-monnaies, […] certains sont enthousiastes, d’autres parlent de bulles. […]

Il est important de mettre les choses en perspective. Le 5 février au matin, la valeur de marché de Bitcoin était de 130 milliards sur base d’un Bitcoin à 7 700 $. Cette valeur de marché est inférieure à celle d’une grosse société telle que McDonald’s (autour de 130 milliards). La valeur totale de marché du complexe était de 365 milliards environ. Vu que les devises virtuelles comme Bitcoin sont parfois comparées à un actif tel que l’or en tant que véhicule d’investissement, il est important de savoir que la valeur totale de l’or en circulation est de 8 trillions de dollars selon le World Gold Council. […] Clairement, l’attention que les médias portent sur les devises virtuelles est bien supérieure à leur poids sur l’économie mondiale» (…) (page 2)

Capitole
Capitole – source Pixabay

« La CFTC pense qu’une réponse régulatrice responsable aux devises virtuelles doit commencer avec l’éducation des consommateurs. Au-delà des suppositions folles, des gros titres et des hyperboles choquantes les concernant, une plus grande compréhension et clarté est nécessaire. »

« Tandis que les registres distribués promettent d’énormes avantages pour les sociétés et les associations, ils sont également susceptibles d’aider les régulateurs des marchés financiers dans leur mission de surveillance de marchés sains et de contrôle du risque. Il y aurait eu une grosse différence si, juste avant la crise de 2008, les régulateurs avaient eu accès en temps réel aux comptes des grandes banques de Wall Street au lieu de devoir assembler les pièces complexes d’un puzzle pour recréer des portefeuilles de trading individuels. […] (page 12)

« Il y a deux décennies, alors qu’Internet entrait dans une phase de croissance et d’expansion rapide, le congrès républicain et l’administration Clinton établirent une série de principes fondamentaux. L’évolution d’Internet ne devait pas être […] entravée par des lois ou les régulateurs. […]

Cette approche simple a permis à Internet de déboucher sur des changements profonds de la société humaine. […] “Ne pas entraver” fut indubitablement la bonne approche à adopter pour le développement d’Internet. Similairement, je pense qu’il s’agit de la bonne approche pour la technologie des registres distribués.

Les devises virtuelles, cependant, doivent faire l’objet d’une supervision plus attentive dans des zones clés, surtout en raison du fait que les petits investisseurs sont attirés par ce marché. »

Et enfin, pour finir, la conclusion de J. Christopher Giancarlo :

« Les marchés financiers mondiaux sont en train d’entrer dans une nouvelle ère numérique. Comme nous l’avons vu avec le développement d’Internet, il est impossible de faire rentrer ce génie dans sa lampe. Les devises virtuelles introduisent un nouveau paradigme en termes de paiements, de processus financiers et de la façon dont l’activité économique a lieu. Ignorer ces développements ne les chassera pas, il ne s’agit pas non plus d’une réponse responsable. L’évolution de ces actifs, leur volatilité ainsi que l’intérêt des jeunes pour ceci exigent un examen sérieux.

Avec le bon équilibre de politiques intelligentes, de supervision et d’innovation du secteur privé, ces nouvelles technologies permettront aux marchés américains d’évoluer pour être plus responsables, générer de la croissance et augmenter la prospérité. Cette audition est un élément important dans la recherche de cet équilibre. »

En conclusion

Bitcoin peut plonger à 5 000 ou 2 000 $, rien n’y changera. Toutes les technologies dérivées de l’invention de Bitcoin ont indubitablement le pouvoir de déclencher une révolution similaire à celle d’Internet dans les années 90. Le président de la CFTC himself va dans ce sens, en développant des arguments similaires à ceux que j’ai avancés dans l’article « Pourquoi les gouvernements ont besoin des crypto-monnaies ». Ce n’est pas une garantie en termes de valorisation des crypto-monnaies à court ou à moyen terme. Cependant, penser que les crypto-monnaies mourront avec l’explosion d’une bulle est selon moi soit de l’ignorance, soit un manque total de compréhension de ce qui est en train de se jouer. Si les USA adoptent une législation conciliante, les autres grandes nations suivront. C’est une excellente nouvelle.

Joachim
Rédacteur web pro depuis 2009, je suis passionné par la finance, le monétarisme et la technologie. Je suis Bitcoin et les cryptos depuis 2013 après une brève expérience de mining.
Inline
Inline