Acheter vos crypto-monnaies sur COINBASE
L'actualité des coins

Un faux site d’ICO pour éduquer les internautes

Copie écran Howeycoin
272vues

La Securities and Exchange Commission, connue sous l’abréviation SEC, critique sévèrement les ICO et pointe notamment du doigt le manque de réglementation et le danger pour les investisseurs. Pour éduquer les détenteurs de crypto-monnaies, la SEC vient de lancer une fausse ICO.

Se moquer des ICO

L’objectif du site Internet HoweyCoins.com est de se moquer des ICO. L’humour est la base de cette fausse plateforme, le but étant de faire réagir les internautes et de leur faire comprendre que les crypto-monnaies peuvent être dangereuses. On trouve ainsi un faux livre blanc de huit pages, des célébrités, une fausse équipe travaillant sur l’ICO et de faux partenariats.Le site s’amuse à promettre des rendements gratuits, à offrir des réductions sur l’achat des tokens, à renseigner gratuitement l’internaute sur différentes opportunités d’investissement. Mais, en réalité, lorsque l’investisseur clique pour acheter des coins, il est redirigé vers une page d’avertissement de la SEC. Cette dernière, vous l’aurez compris, évoque les différents risques inhérents à un investissement d’ICO.

De nombreuses réactions positives

Peut-être pensez-vous que cette initiative ne serait pas couronnée de succès et qu’elle agacerait les internautes ? Eh bien ce n’est absolument pas le cas, au contraire même. En effet, ce mode opératoire atypique mais basé sur l’humour a porté ses fruits. Nombreux sont ceux à avoir applaudi cette initiative et à avoir congratulé la SEC pour ses avertissements particulièrement intéressants.

La SEC ne souhaite pas décourager les internautes d’investir dans les ICO, mais elle veut plutôt les avertir et les mettre en garde pour éviter les mauvaises surprises. Il s’agit donc d’un outil pédagogique permettant d’en savoir plus sur les crypto-monnaies et sur les investissements qui peuvent parfois être à la source de graves problèmes.

L’initiative est amusante et bien pensée. Il faut avouer que dans le contexte actuel la prudence est de mise. Mieux vaut prévenir que guérir…

Source :

Bitsonline

Amélie
Je m'appelle Amélie, j'ai 35 ans, et je suis passionnée par l'actualité et la rédaction !
Inline
Inline