AccueilBesoin de réglementation pour les stablecoins: Ministre de la City

Besoin de réglementation pour les stablecoins: Ministre de la City

John Glen, ministre britannique en charge du secteur des services financiers, a déclaré que le pays devait se concentrer sur la réglementation des stablecoins

Le ministre britannique de la City, John Glen, a affirmé que le pays allait d’abord consacrer ses efforts et ses ressources à la réglementation des stablecoins, avant celle des crypto-actifs. S’exprimant lors d’une conférence sur la ville et la finance qui s’est tenue hier, Glen a déclaré que les stablecoins devaient être gérés en premier, car ils pourraient poser un énorme problème si un acteur dominant entrait dans ce secteur en plein essor.

« Il existe un potentiel pour certaines entreprises d’atteindre rapidement une position dominante et d’évincer d’autres acteurs en raison de leur capacité à s’étendre et à se brancher sur les services en ligne existants », a expliqué le ministre des services financiers.

Même si de nombreux acteurs de l’industrie ont appelé à un cadre juridique pour le secteur crypto, Glen est convaincu que le marché crypto n’a pas besoin d’une réglementation urgente pour le moment.

« Nous pensons que les arguments en faveur d’une intervention sur les marchés plus larges des crypto-monnaies sont moins pressants dans l’immédiat. »

Glen poursuit en disant que les stablecoins ont évolué pour devenir un élément clé dans l’espace des actifs virtuels. Facebook a été l’un des premiers grands entrants dans le secteur des stablecoins lorsqu’il a introduit son actif stablecoin appelé Libra.  Le lancement de stablecoins est devenu une source d’inquiétude car il a fait prendre conscience aux institutions bancaires et aux gouvernements que les institutions privées pouvaient prendre le contrôle du secteur. Bien que Libra ait changé de nom pour devenir Diem en décembre de l’année dernière, les inquiétudes sont loin d’être terminées.

Le ministre de la City a reconnu l’absence d’un acteur mondial dominant le secteur des stablecoins, mais a prévenu que la situation pouvait changer à tout moment. Tout ce qu’il faut, c’est l’approbation réglementaire nécessaire, et une grande entreprise pourrait facilement obtenir un monopole dans le secteur.

Tether (USDT) est le premier stablecoin en termes de capital de marché, mais il ne représente qu’une fraction de la taille du marché du Bitcoin. Comme beaucoup d’autres stablecoins, Tether n’a pas encore été largement adopté dans le commerce et reste limité à l’investissement.

Glen a déclaré que les autorités devaient profiter de cette chance pour améliorer le paysage financier.

« Nous avons ici une occasion unique en une génération de faire de grands progrès dans l’efficacité des services financiers et, en fin de compte, de profiter aux consommateurs et à l’économie dans son ensemble. »

La Financial Conduct Authority britannique ne semble pas partager ces vues. L’organisme de surveillance financière a laissé entendre qu’il n’était pas en mesure d’appliquer les politiques de monnaie électronique aux stablecoins. S’exprimant lors de la même conférence, Alex Roy, de la FCA, a déclaré que les stablecoins étaient différents de la monnaie électronique car ils étaient adossés à plusieurs devises. Il a fait remarquer que cette différence rendait peu pratique l’application des mêmes règles de monnaie électronique sur eux.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.