Analyses des crypto-monnaies

Bitstamp s’associe avec une entreprise britannique pour améliorer sa plateforme

Caroline Dooms | il y a 2 semaines
130VUES

Le 27 novembre dernier, l’échange européen Bitstamp a annoncé que de nouvelles fonctions seront intégrées à sa plateforme afin de mieux respecter la réglementation financière et de mieux protéger ses utilisateurs qui désirent acheter des cryptomonnaies.

L’échange veut accueillir les acteurs institutionnels

Bitstamp a formé un partenariat avec Irisium Ltd, une entreprise britannique spécialisée dans la surveillance des marchés. À l’aide de cette initiative, l’échange espère attirer les investisseurs institutionnels. En effet, la plateforme Irisium Surveillance devrait permettre d’améliorer les protocoles de sécurité de Bitstamp. Des acteurs bien établis comme Asia Pacific Exchange Pte Ltd (APEX) font déjà appel aux services d’Irisium pour détecter les individus malveillants qui tentent de manipuler le marché.

Irisium a pour vocation d’aider les entreprises à procéder à des veilles économiques fructueuses. Entre autres, ce service permet d’analyser des données sur les transactions effectuées, les publications diffusées sur les réseaux sociaux ainsi que les habitudes comportementales des utilisateurs. Selon Irisium, leurs produits permettent à leurs clients de surveiller efficacement leur entreprise tout en leur donnant les outils nécessaires pour gérer adéquatement les risques découlant de leurs activités.

Selon Alastair Goodwin, le PDG d’Irisium, l’intégration de la technologie Irisium Surveillance permettra d’augmenter la transparence, l’intégrité et la confiance des investisseurs envers le marché des tokens virtuels. Il est également d’avis que cela améliorera la liquidité sur les échanges et qu’au bout du compte, cela mènera à l’adoption des monnaies digitales comme le Bitcoin (BTC).

Nejc Kodrič, le PDG de Bitstamp, veut s’assurer que les transactions réalisées sur sa plateforme reflètent véritablement l’offre et la demande. Il croit qu’il s’agit d’un élément nécessaire pour permettre à l’industrie des cryptomonnaies de s’épanouir. Le président de Bitstamp avait d’ailleurs affirmé en décembre 2017 que le Bitcoin était un actif intéressant pour les investisseurs sérieux.

Plus tôt en novembre, Bitstamp avait annoncé un partenariat avec Cinnober, un fournisseur de services technologiques destinés aux entreprises opérant dans le secteur de la finance. Bitstamp avait déclaré que l’entreprise allait intégrer le moteur de négociation TRADExpress conçu par Cinnober, une entreprise qui détient des parts minoritaires d’Irisium. Nous portons à votre attention que Cinnober sert une clientèle prestigieuse, dont le London Metal Exchange.

Avant d’annoncer un partenariat avec VanEck, le géant boursier américain Nasdaq avait manifesté son intérêt d’acquérir Cinnober pour un montant de 190 millions de dollars plus tôt cette année. Notons toutefois que la Competition and Markets Authority britannique évalue toujours cette offre pour s’assurer que la proposition respecte les lois sur la concurrence.

Bitstamp s’associe avec une entreprise britannique pour améliorer sa plateforme ? Image du logo d’Irisium.
Irisium devrait permettre à Bitstamp de mieux surveiller les activités sur sa plateforme.

Bitstamp est une société qui implique des sociétés crédibles

Créé en 2011, Bitstamp avance être l’échange de crypto le plus important en matière de volume transactionnel sur le territoire de l’Union européenne (UE). Les clients de Bitstamp peuvent acheter du Bitcoin (BTC), acheter du Bitcoin Cash (BCH), acheter de l’Ethereum (ETH), acheter du Ripple (XRP) et acheter du Litecoin (LTC) sur la plateforme avec du dollar américain et de l’euro.

Récemment, Bitstamp a fait l’objet d’une acquisition par NXMH, une société d’investissement belge. NXMH est en partie contrôlée par la banque d’investissement Barclays et le géant médiatique coréen NXC Corp., lequel détient 65,19 % des parts de l’échange sud-coréen Korbit depuis l’année dernière.

En collaboration avec Gemini, Bittrex et bitFlyer USA, l’échange européen a mis sur pieds une association baptisée « Virtual Commodity Association Working Group » en août dernier. Les membres de ce groupe s’engagent à respecter des normes et des standards stricts afin de courtiser les investisseurs jusqu’à maintenant réfractaires à l’idée de déposer des sommes importantes sur leurs plateformes respectives. Ainsi, à l’aide de cette initiative, ces sociétés tentent de façonner la réglementation qui régira les entreprises opérant dans le secteur des monnaies virtuelles.

D’ailleurs, en mai 2018, l’entreprise Crypto Facilities s’était jointe à Chicago Mercantile Exchange (CME Group) pour lancer deux produits, soit le CME CF Ether-Dollar Reference Rate et le Real Time Index. Ces deux services permettent à leurs utilisateurs de suivre le cours de l’Ethereum en temps réel et s’appuient sur les données provenant de Kraken et de Bitstamp.