L'actualité de l'ethereum (ETH) L'actualité du trading de crypto-monnaies

La CFTC enquêterait sur le crash de l’Ethereum survenu sur GDAX

Audy Audy | il y a 1 année
709VUES

Selon certaines sources citées par Bloomberg, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) des États-Unis a ouvert une enquête approfondie sur le crash de l’Ethereum qui s’est produit plus tôt cette année sur la plate-forme GDAX de Coinbase. Ce flash crash, qui a eu lieu le 21 juin dernier, a vu le prix de l’ETH passer de 365,79 $ à 0,10 $ en un clin d’œil, avant de se redresser rapidement.

Pourquoi la CFTC s’intéresse-t-elle à cette affaire ?

Coinbase a commencé à offrir des services de négociation de marge en mars et les a suspendus suite au flash crash. Comme stipulé sur son site Web, afin d’être juridiquement admissible à la négociation de marge, les participants devaient se conformer à de nombreuses conditions. Par exemple, le trader devait détenir plus de 10 millions de dollars d’actifs. Selon les sources qui se sont confiées à Bloomberg, la CFTC examine spécifiquement le rôle que l’élargissement de la marge de négociation pourrait avoir eu sur cette baisse instantanée. En effet, Coinbase avait permis aux traders d’emprunter de l’argent à la plate-forme pour réaliser des transactions plus importantes. Ces mêmes sources ont déclaré que la CFTC avait envoyé une lettre au siège de Coinbase à San Francisco, demandant des explications sur ces transactions à marge, entre autres questions.

Coinbase se défend

De son côté, Coinbase a déclaré à Bloomberg : « En tant qu’instance financière réglementée, Coinbase respecte les réglementations et coopère pleinement avec les organismes de réglementation. Après le crash sur GDAX en juin dernier, nous avons informé un certain nombre d’organismes de régulation, y compris le CFTC. Nous avons également décidé de créditer tous les clients qui ont été touchés par cet événement. Nous ne sommes pas au courant de l’existence d’une enquête formelle. » Il est important de rappeler que Coinbase n’est pas enregistré auprès du CTFC, mais détient des licences après d’un certain nombre de régulateurs dans différents États américains.