HomeCloudCoin|L’actif digital sans blockchain

CloudCoin|L’actif digital sans blockchain

juillet 16, 2020 By Nicholas Say

Une nouvelle monnaie digitale pourrait être la première de son genre à remettre en question la technologie blockchain

CloudCoin, une monnaie digitale basée sur le cloud, est entrée en service hier. Elle prétend être la monnaie digitale la plus sûre jamais créée car elle n’est associée à aucun registre public, cryptage ou blockchain.

La base de CloudCoin a été retravaillée à partir du service de noms de domaine (DNS) bien connu, plutôt que de s’appuyer sur une blockchain pour éviter les défauts perçus des crypto-monnaies.

CloudCoin fonctionne sur une plateforme appelée RAIDA (Redundant Array of Independent Detection Agents), avec la capacité de traiter 100 000 CloudCoin en 3,5 secondes. Il est totalement sûr, et a été approuvé et déployé dans plus de 25 juridictions.

De plus, la technologie RAIDA nécessite si peu d’énergie pour fonctionner qu’elle élimine les frais d’énergie – contrairement aux cryptos traditionnels.

Dans le cas d’une cyber-attaque, le RAIDA ne pourrait pas mener l’agresseur aux coins des investisseurs, car sa seule tâche est d’authentifier.

« Elle ne sait rien de l’identité du propriétaire de la monnaie et il n’y a aucun moyen de déterminer les propriétaires actuels ou passés. Comme l’argent liquide, l’argent est réparti entre ses propriétaires, et non centralisé sur une blockchain », a déclaré le site CloudCoin.

Il affirme que chaque coin existera exclusivement sous forme de fichier. Le propriétaire du fichier est le propriétaire du code d’authenticité. Lorsqu’un achat a lieu, il s’agit d’un simple transfert de fichier.

CloudCoin pense que la blockchain devient obsolète

La blockchain fonctionne en distribuant son ledger de manière ouverte et publique. Chaque ledger est scellé et nécessite la résolution de certains problèmes cryptographiques pour y accéder. Plus le problème est difficile à résoudre, plus il est sécurisé.

Les ordinateurs traditionnels, même ceux qui ont des spécifications haut de gamme, ont encore du mal à résoudre ces fonctions cryptographiques. Mais avec l’introduction prochaine de l’informatique quantique, l’avenir de la blockchain semble être menacé.

Actuellement, les ordinateurs quantiques pourraient être 100 millions de fois plus rapides que l’ordinateur moyen. Cela signifie qu’il contournera toute mesure de sécurité mise en place par la blockchain en résolvant tout algorithme qu’il rencontrera.

Le Dr Michele Mosca, directeur adjoint de l’Institut d’informatique quantique de l’Université de Waterloo, a déclaré que d’ici 2026, les ordinateurs quantiques pourraient avoir une chance sur sept de casser n’importe quelle crypto à clé publique et d’ici 2031, une chance sur deux.

Contrairement à une blockchain, où les données authentifiées sont cryptées, le RAIDA déchiquette ces données, puis les distribue, les rendant ainsi sûres pour les ordinateurs quantiques. Bien entendu, l’avenir de l’informatique quantique est hautement spéculatif et pourrait ne pas progresser du tout par rapport à son point actuel.