AccueilComment remédier au manque de femmes dans le secteur des crypto-monnaies ?

Comment remédier au manque de femmes dans le secteur des crypto-monnaies ?

Des experts se sont réunis pour discuter du déséquilibre entre les sexes dans l’industrie des crypto-monnaies lors de la semaine australienne de la blockchain, et différentes approches ont été suggérées par les participants.

Les panélistes de l’événement Australian Blockchain Week qui a eu lieu cette semaine ont exprimé des points de vue différents sur la question de la diversité des genres dans la crypto. L’industrie de la crypto est, à l’heure actuelle, dominée par les hommes, les femmes n’étant que moins représentées. Selon les données de la plateforme de trading social et de courtage multi-actifs eToro, les femmes ne représentent respectivement que 12 % et 15 % des investisseurs en Ether et en Bitcoin.

Si les experts semblent tous convenir qu’il est important que les femmes soient équitablement représentées dans le secteur de la crypto-monnaie – ils ne sont pas tous d’accord sur la manière d’y parvenir. Un expert a proposé d’adopter l’approche interventionniste, tandis qu’un autre a fait valoir qu’accorder une plus grande importance aux quotas pour atteindre la diversité n’était pas la meilleure façon d’obtenir une représentation équitable des sexes.

S’exprimant sur la question, Rupert Colchester, d’IBM, s’est dit déçu que de nombreuses innovations soient développées dans le secteur de la blockchain sans que l’accent soit mis sur l’équilibre entre les sexes. Il a expliqué que la diversité serait cruciale pour proposer des solutions et des produits conviviaux. Selon lui, la meilleure façon de résoudre ce problème est de créer des équipes composées à parts égales de personnes des deux sexes.

Sue Keay, directrice du Queensland AI Hub et présidente de Robotics AU, a abondé dans son sens en ajoutant que si l’on ne s’attaque pas au problème, l’avenir pourrait être dominé par les hommes. Elle a recommandé d’adopter une approche interventionniste pour éviter « un avenir qui ressemble beaucoup à un avenir peuplé, vous savez, d’hommes blancs anglo-saxons de 18 à 30 ans » qui perçoivent les choses du même point de vue.

Ellie Rennie, professeur à l’université RMIT, a exprimé un avis contraire sur la question, affirmant qu’il n’était pas important de se concentrer sur les chiffres lorsqu’on aborde la question de la diversité. Elle a défendu son point de vue en disant que les différentes sous-catégories de crypto-monnaies attirent des publics différents et variés à leur manière. Elle a rejeté l’idée que la blockchain concernait principalement les développeurs.

Cependant, selon Karen Cohen, qui dirige l’organisation Women in Blockchain basée à Melbourne, le débat sur la représentation équitable des sexes est loin d’être clos. S’adressant à Cointelegraph, Cohen a admis qu’il y avait beaucoup à faire pour équilibrer la diversité. Elle a fait référence au recensement des Chief Executive Women ASX200 de l’année dernière, qui a révélé que les femmes ne représentaient que 5 % des dirigeants des 200 premières entreprises australiennes, selon l’Australian Securities Exchange.

Mme Cohen a décrit les « quotas » comme l’un des moyens de parvenir à la diversité. Elle a également suggéré une approche holistique impliquant des programmes de mentorat et de formation pour préparer les femmes à différents rôles dans de le secteur de la crypto.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.