L'actualité du dash

La crypto Dash s’attaque (enfin) au continent africain

Avatar Caroline Dooms | il y a 2 mois
760VUES

La stratégie de la crypto-monnaie Dash pour croître est très simple : développer un réseau de commerçants sur le terrain qui acceptent l’altcoin Dash (DASH) comme moyen de paiement. Si l’accent était principalement sur le continent sud-américain en 2018, Dash semble avoir enfin compris l’importance du continent africain et se développe au Nigeria notamment.

L’Afrique, un marché à prendre par les cryptomonnaies

L’Afrique est un continent porteur pour les cryptos. Une partie significative de la population est encore en dehors du système bancaire traditionnel et constitue donc une cible de choix pour des solutions alternatives. Selon les statistiques de la Banque Mondiale, plus de 60% des citoyens nigériens âgés de plus de 15 ans n’avaient pas de compte bancaire en 2017.

En outre, même si elle est relativement contrôlée au Nigeria, l’inflation gangrène énormément d’économies locales et il est donc naturel que la population cherche des options plus solides sur le long terme.

Dash se déploie notamment au Nigeria et au Ghana

Si l’altcoin Dash a plutôt fait parler de lui pour sa croissance au Venezuela en 2018, il a également étendu son réseau sur d’autres territoires comme la Colombie. Sa présence en Afrique reste cependant marginale et il est bon que la communauté Dash y consacre plus d’efforts.

Des possibilités de paiements par texto comme le service Dash Text par exemple pourraient rencontrer un certain succès dans ces régions qui ont l’habitude de ce genre de services.

Avec l’Afrique du Sud, le Nigeria est en tous les cas l’un des pays africains où l’usage des cryptos se développe le plus. A l’heure actuelle, le nombre de marchands acceptant les paiements en monnaie digitale Dash reste cependant très faible. Discover Dash, qui dresse un listing de référence, n’en répertorie qu’une poignée. Il faudra donc renforcer les équipes de terrain pour développer le réseau et augmenter la popularité de l’altcoin en 2019.

L’Afrique, la grande inconnue ?

Si beaucoup s’accordent pour dire que l’Afrique est un marché porteur pour le Bitcoin (BTC) et les altcoins, plusieurs inconnues subsistent. La position des autorités sur le sujet pourrait mettre un frein certain à l’expansion du secteur. En outre, il est impossible de savoir quelle cryptodevise gagnera la faveur des Africains. Beaucoup de projet de jetons dédiés au continent africain sont en phase de lancement. Exemple parmi d’autres, nous vous parlions il y a quelques mois du lancement de l’Afri Union Coin. Il y a fort à parier qu’au final, une myriade de jetons seront plus ou moins acceptés sur le continent.

Néanmoins, les chiffres des plateformes d’échange (voir notre top des plateformes pour acheter des cryptomonnaies) sont éloquents et démontrent l’intérêt de la population.

Les pistes africaines et une population exclue du système bancaire traditionnel ouvrent la voie pour l’essor des cryptomonnaies comme Dash sur le continent africain. Un gros travail de terrain sera cependant indispensable [Kanuman/Shutterstock.com]

Quel est l’intérêt pour l’investisseur en crypto-devises ?

En 2019, le défi de taille pour les crypto-monnaies est l’adoption de masse. La compétition est ardue dans le secteur des moyens de paiement purs et simples. Même si le Bitcoin semble de moins en moins adéquat pour les paiements du quotidien (encore que, la solution Lightning Network a ses adeptes), Bitcoin Cash (BCH), Bitcoin SV (BSV), Litecoin (LTC), Zcash (ZEC), Monero (XMR) ou encore les stable coins ont tous pour vocation de remplacer l’argent traditionnel.

Dash a réussi à asseoir sa notoriété dans le secteur et Dash est une option intéressante pour un investissement long terme. L’altcoin doit ce succès principalement à sa communauté. Le cours du Dash, qui tourne autour de 80 dollars, peut être considéré comme bas. Cela pourrait inciter des vendeurs hésitants à adopter ce moyen de paiement à franchir le pas (dans l’espoir d’une hausse du cours).

Néanmoins, pour le petit commerçant, toutes ces considérations sont fort abstraites. Faire changer les mentalités pour faire accepter les devises digitales au sein d’économies qui, pour la plupart, jonglent déjà avec plusieurs devises dans la pratique, s’apparente à un vrai travail de fourmi. Il semble cependant que ce soit le prix à payer pour l’adoption de masse afin que les devises digitales remplissent leur fonction première, à savoir servir de moyen de paiement.

Dash face à d’autres défis

A l’heure actuelle, le défi principal de Dash est de se protéger contre des attaques éventuelles. En effet, les capitalisations de beaucoup d’altcoins ont drastiquement baissé et convertissent les devises digitales en cibles de choix pour les piratages en tous genres. Ethereum Classic en a fait les frais en ce début de janvier mais toutes les « petites » devises digitales utilisant l’algorithme Proof of Work (PoW0 pourraient également être à risque. Les premiers mois de l’année 2019 vont réserver bien des surprises aux investisseurs. Prenez garde donc et conservez la tête froide. Heureusement, c’est de saison.

Featured image source:  SW_Stock/Shutterstock.com

Ajoutez un commentaire

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.