AccueilDe nombreux pays testent leurs propres crypto-monnaies

De nombreux pays testent leurs propres crypto-monnaies

Les monnaies de type Bitcoin peuvent se développer dans les pays où l’argent diminue ou les réseaux financiers doivent être mis à jour. Les suédois se séparent de plus en plus de l’argent comptant. Le nombre de billets et de pièces de monnaie en circulation est tombé à son niveau le plus bas en trois ans. Riksbank, la banque centrale suédoise, estime d’ailleurs que les transactions en espèces ne représentaient que 15 % de toutes les transactions l’an passé, contre 40 % en 2010.

Cette situation est liée au développement des services de paiement mobile. Cette évolution a amené de nombreuses banques suédoises à se demander si elles devraient introduire ne forme purement numérique de monnaies.

Un phénomène de plus en plus tendance dans le monde

Le principal enjeu de nombreux établissements bancaires est l’introduction d’une technologie comme le Bitcoin. Riksbank n’est pas la seule banque centrale à analyser le blockchain, la technologie qui permet aux crypto-monnaies de fonctionner. Ces systèmes s’appuient sur des réseaux d’ordinateurs, plutôt que sur une autorité centrale comme une banque, pour contrôler et enregistrer des transactions. Ils se basent généralement sur des données communes.

Les banques centrales du monde entier croient que cela a le potentiel de remplacer les espèces et de rendre les autres systèmes de paiement plus efficaces.

Comment mettre en place un tel système ?

L’intégration des crypto-monnaies dans les banques centrales seraient en effet ironique, étant donné que le Bitcoin a été créée comme un moyen pour contourner les besoins des banques. Au-delà, l’idée soulève des questions assez complexes sur la manière dont ces systèmes devraient être conçus, construits et maintenus, ainsi que la manière dont ils pourraient influencer la stabilité financière d’un pays ou même de la planète.

C’est pour cette raison que Riksbank a réalisé une analyse portant non seulement sur la technologie, mais également sur les méthodes à utiliser pour limiter au maximum les risques.

Tags:
Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.