AccueilEst-ce la fin des crypto-devises anonymes ?

Est-ce la fin des crypto-devises anonymes ?

Alors que le Monero (XRM) souhaite soutenir l’anonymat et la protection de la vie privée de ses utilisateurs, de plus en plus de critiques émergent concernant l’utilisation potentielle de cette devise numérique par les criminels. CipherTrace, entreprise d’analyse et de renseignements blockchain et crypto-monnaies luttant contre la crypto-criminalité, vient d’annoncer avoir déposer deux brevets de traçage des transactions Monero. Ces brevets ont été créé pour apporter « plus d’outils pour enquêter sur les transactions Monero et les adresses liées à des activités criminelles ».

« Avec 45 % des marchés du darknet supportant désormais Monero – la deuxième crypto-monnaie préférée des criminels juste derrière le Bitcoin – l’intérêt des forces de l’ordre pour le traçage de Monero est monté en flèche » explique la société.

C’est pourquoi depuis 2019, CipherTrace cherche à développer un boite à outils pour repérer, surveiller et tracer les transactions criminelles utilisant des jetons confidentiels comme Monero. Cette idée particulière a été soutenue par un projet avec le département américain de la sécurité intérieure, mais il est certain qu’il ne s’agit pas de la seule agence gouvernementale qui cherche à identifier les portefeuilles Monero et les transactions criminelles.

La Corée du Sud, par exemple, va interdire les jetons de protection de la vie privée à partir de mars de l’année prochaine. Parmi les plus populaires, on compte le Monero mais aussi le Zcash (ZEC) et le Dash (DASH). Pour anticiper la mise en place de cette nouvelle loi, certaines des plus grosses crypto-bourses du pays comme OKEx ont déjà délisté plusieurs jetons anonymes.

Alors que le prix du jeton Monero perdait 3,46 % contre le dollar dimanche d’après les données de Bitfinex, les cours semblent se reprendre et ne pas vraiment prendre en considération cette nouvelle. Mais les implications de tels outils sur les crypto-devises confidentielles pourraient être importantes et fortement impacter la valeur de ces jetons.

Ces outils, permettant de « désanonymiser » les crypto-transactions et d’identifier les différents portefeuilles ou fournisseurs de services utilisés, seront les armes des autorités pour mener des enquêtes en cas de soupçon de transactions frauduleuses majeures. Mais elles pourront aussi aller plus loin et contrôler plus que les activités criminelles…

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.