L'actualité des coins

Facebook signe sa première acquisition dans le domaine de la Blockchain

Frédéric Jean | il y a 2 semaines
432VUES

Selon les informations de la publication spécialisée sur les crypto-monnaies Cheddar, le réseau social Facebook a discrètement embauché l’équipe derrière Chainspace, une petite start-up blockchain fondée par des chercheurs de l’University College de Londres, ce qui constitue un nouveau pas en avant versl’utilisation de la blockchain par le réseaux social, après la création d’une équipe dédiée l’année dernière.

Facebook embauche la quasi-totalité de l’équipe de Chainspace

Chainspace travaillait sur un système décentralisé de «contrats intelligents» pouvant faciliter les paiements et autres services grâce à la technologie blockchain.

L’acquisition de l’équipe de Chainspace, est, dans le langage de la Silicon Valley, définie comme un « acqui-hire », un procédé où l’acquisition ne concerne que les employés.

Cela constitue un nouveau signal fort de la volonté de Facebook de se faire une place dans le secteur balbutiant de la blockchain, ou tout du moins d’utiliser cette technologie dans ses opérations.

Rappelons que l’année dernière, Facebook avait mis sur pied une équipe dédiée à l’étude de la blockchain et des crypto-monnaies, avec à sa tête David Markus, ancien dirigeant de Facebook et ancien président de PayPal.

Facebook travaille activement sur la technologie Blockchain depuis déjà plusieurs mois

A cette époque, les spéculations allaient bon train en ce qui concerne la potentielle création d’une crypto-monnaie par Facebook, le terme « FaceCoin » ayant d’ailleurs rapidement vu le jour, sans qu’aucune confirmation n’ait pu être relevée.

Facebook s’était en effet contenté de déclarer :

« Comme beaucoup de sociétés, Facebook explore les moyens d’utiliser la technologie blockchain. Notre petite équipe explorera de nombreuses applications. Nous n’avons rien de plus à partager. »

Facebook a depuis recruté des universitaires, des chefs de produits, des ingénieurs et des experts juridiques ayant une expérience des crypto-monnaies et de la technologie blockchain, et l’équipe représente désormais plus de 40 personnes.

On peut également noter que fin décembre, l’agence Bloomberg révélait que selon ses sources, Facebook travaillerait actuellement à la création d’une crypto-monnaie, destinée à être utilisée dans le cadre des transferts d’argent au sein de l’application WhatsApp.

Cette crypto-monnaie serait assimilée à un « stablecoin », c’est-à-dire une crypto-monnaie adossée au Dollar, pour en minimiser la volatilité, et devrait être dans un premier temps utilisée en Inde.

Bloomberg avait cependant précisé que ce « FaceCoin » est un projet pour l’instant à un stade précoce de son développement, Facebook devant encore travailler sur la stratégie, la sécurisation des fonds, ou encore les garanties financières nécessaires pour assurer la stabilité de cette crypto-monnaie selon Bloomberg.

En d’autres termes, les projets de Facebook en matière de blockchain et de crypto-monnaies restent flous, et l’acquisition de Chainspace pourrait donc aider à mieux cerner les intentions de la société en ce qui concerne la technologie blockchain, et éventuellement les crypto-monnaies.

Les technologies développées par Chainspace

Si l’on s’intéresse au livre blanc publié par Chainspace en août 2017, on apprend que l’équipe souhaitait créer une «plate-forme ledger distribuée en vue d’un traitement transparent et à haute intégrité des transactions dans un système décentralisé».

En clair, cela signifie que Chainspace se penchait sur l’amélioration de la vitesse des transactions réalisées via la technologie blockchain, qui fonctionne actuellement beaucoup plus lentement que les systèmes de paiement classiques tels que Visa, un des principaux points empêchant le développement de l’utilisation des crypto-monnaies par le grand public.

Les chercheurs de Chainspace ont également étudié la manière dont la blockchain et la décentralisation pourraient à d’autres domaines en dehors des paiements, comme les sondages par exemple, ce qui ouvre la voie à certaines pistes de réflexions, Facebook cherchant actuellement à lutter contre les fake news et les manipulations politiques.

Avec la plupart de ses employés désormais embauchés par Facebook, Chainspace va cesser d’exister. Et bien que Facebook ait précisé n’avoir acquis aucune technologie développée par la société, il y a fort à parier que le travail entrepris se poursuivra, et sans doute s’accélèrera avec les moyens colossaux du géant des réseaux sociaux.

Bientôt des annonces concrètes de la part de Facebook ?

Les choses semblent donc s’accélérer dans le travail lié à la blockchain entrepris par Facebook l’année dernière, et tout porte à croire que des annonces concrètes pourraient être imminentes.

Reste à savoir si le réseau social se contentera d’utiliser la technologie blockchain pour améliorer ses opérations et résoudre un certain nombre de ses problèmes actuels, ou si elle ira plus loin en développant effectivement une crypto-monnaie qui pourrait être utilisé dans l’écosystème Facebook, qui comprend, outre le réseau éponyme, les applications Instagram et Whatsapp.

Avertissement sur les risques : L’investissement dans les devises numériques, actions et autres titres, matières premières, devises et autres produits d’investissement dérivés  (p. ex. les contrats de différence (« CFD ») est spéculatif et extrêmement risqué. Chaque investissement est unique et comporte des risques particuliers.

Les CFD et autres dérivés sont des instruments complexes et leur négociation est extrêmement risquée, la perte d’argent rapide est possible en raison de l’effet de levier. Vous devez être certain de bien comprendre comment l’investissement fonctionne et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent.

Les Crypto-devises peuvent largement fluctuer et, par conséquent, elles ne conviennent pas à tous les investisseurs. La négociation des crypto-devises n’est pas supervisée par un cadre réglementaire de l’UE. La performance passée n’est pas une garantie des résultats futurs. Tout historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Votre capital est en danger.

Lorsque vous négociez des actions vous mettez votre capital en danger.

La performance passée ne saurait garantir les résultats futurs. L’historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Les prix peuvent augmenter mais aussi baisser, ils peuvent également fluctuer considérablement, vous pouvez être exposé à des fluctuations de taux de change et vous pouvez perdre tout l’argent investi et même plus. Investir ne convient pas à tout le monde. Assurez-vous que vous avez bien compris les risques et les formalités juridiques. Si vous n’êtes pas sûr, demandez des conseils financiers, juridiques, fiscaux et/ou comptable. Ce site web ne fournit pas de conseil d’investissement, financier, juridique, fiscal ou comptable. Certains liens sont des liens affiliés. Pour plus d’informations, veuillez lire notre avertissement sur les risques et clause de non-responsabilité.