AccueilGemini « joue le jeu à long terme » alors que Binance est en souffrance

Gemini « joue le jeu à long terme » alors que Binance est en souffrance

Alors que le fournisseur de services de paiement Clear Junction retire son support à Binance, d’autres échanges conformes pourraient connaître une croissance.

Les problèmes de réglementation se poursuivent pour Binance. Après que la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a ordonné à Binance de cesser toute activité réglementée en juin, Barclays et Santander ont bloqué les paiements vers l’échange la semaine dernière.

Les choses ne se sont pas arrangées cette semaine lorsque l’un des principaux partenaires de paiement de Binance, Clear Junction, s’est retiré, déclarant qu’il avait « décidé de suspendre les paiements en livres sterling et en euros et ne facilitera plus les dépôts ou les retraits » pour la plateforme.

Cependant, les échanges centralisés ne sont pas tous visés par les régulateurs. Ces dernières années, Binance est rapidement devenue la plus grande plateforme d’échange de crypto-monnaies en termes de volume et de visiteurs hebdomadaires, mais l’adoption de la réglementation par Gemini pourrait lui permettre de grimper dans le classement.

Le volume quotidien de trading au comptant de Binance est actuellement environ 100 fois supérieur à celui de Gemini, mais Binance fait l’objet d’une surveillance aux États-Unis de la part de l’Internal Revenue Service, du Department of Justice et de la Commodity Futures Trading Commission.

Comme les principaux échanges perdent leur activité dans des économies de premier plan telles que les États-Unis et le Royaume-Uni à la suite d’avertissements et de poursuites judiciaires de la part des autorités, les plateformes conformes qui restent font face à une concurrence moindre dans ces juridictions.

Comme le cofondateur de Gemini, Cameron Winklevoss, l’a déclaré hier à Bloomberg, « Nous jouons le jeu à long terme. Nous essayons d’être la tortue la plus rapide dans la course. Le jeu à long terme est payant au fil du temps. »

En 2018, Gemini a participé à la fondation de la Virtual Commodity Association, qui fait office d’organisme d’autorégulation. Gemini n’est pas le seul échange à embrasser la réglementation. Kraken a reçu une charte bancaire dans le Wyoming et Coinbase a élargi son équipe de conformité en embauchant Melissa Strait de Stripe et Faryar Shirzad de Goldman Sachs, ainsi qu’en publiant des états financiers audités.

Mais tout le monde ne voit pas l’évolution vers la réglementation comme une bonne chose. Comme le professeur de finance John Griffin l’a déclaré à Bloomberg : « Le Catch-22 est que le système de crypto a été mis en place pour éviter les grandes banques, [mais] plutôt que d’avoir cet univers autonome libre de toute réglementation gouvernementale, nous avons des échanges de crypto jouant le rôle que les échanges traditionnels et les gouvernements jouent sur les marchés traditionnels. »

Selon le dernier bulletin d’information de Glassnode, les échanges centralisés ont connu une sortie quotidienne d’environ 2 000 BTC au cours des deux dernières semaines, tandis que les protocoles de finance décentralisée (DeFi) ont connu un afflux de capitaux plus important au cours de la même période. Cela pourrait indiquer que les traders et les investisseurs se tournent vers les échanges décentralisés pour échapper à la réglementation croissante à laquelle ils sont confrontés sur les échanges centralisés.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.