Home« Les ICO devront s’inscrire en tant que titres », selon le président de la SEC

« Les ICO devront s’inscrire en tant que titres », selon le président de la SEC

novembre 13, 2017 By Audy R.

Dans un récent discours devant un groupe exclusif d’avocats à New York, Walter Joseph « Jay » Clayton III, président de la Securities and Exchange des États-Unis, a assimilé les ICO avec des titres, ce qui signifie une régulation massive dans un marché en pleine expansion.

CoinDesk

Le président de la SEC donne enfin son point de vue

Le président de la SEC, Jay Clayton, a pris la parole devant une assemblée d’avocats qui se sont réunis dans le cadre du 49e Sommet annuel sur la réglementation des valeurs mobilières à l’hôtel Roosevelt de New York. Il a notamment déclaré avec véhémence : «  Je n’ai pas encore vu un ICO qui n’a pas les mêmes caractéristiques qu’un titre. » Ce sont les premières déclarations du président de la SEC concernant les crypto-monnaies après que le président Trump l’ait nommé en janvier de cette année. Il est important de rappeler que le Sommet annuel sur la réglementation des valeurs mobilières est un rassemblement très prisé qui est organisé par le Practising Law Institute, un organisme à but non lucratif. Il dure trois jours et le prix d’un billet coûte 2 495 $. On pourrait considérer que c’est cher, mais les participants bénéficient des grandes opportunités de réseautage.

VentureBeat

Une trop grande opacité dans les transactions

« Lorsque vous quittez le Bitcoin ou l’Ethereum, et que vous entrez dans le système de jetons, les labels deviennent clairs », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «  Beaucoup d’ICO ressemblent à des offres d’actions traditionnelles, la seule différence étant que le nouvel outil de collecte de fonds implique des jetons et l’utilisation de la technologie des registres distribués. » Il faut noter que, cette année, plus de 150 ICO ont réuni plus de 3 milliards de dollars, ce qui a attiré les célébrités, Wall Street, et, de plus en plus, les régulateurs gouvernementaux. Le président Clayton déplore également « un manque flagrant d’informations sur les nombreuses plates-formes en ligne qui répertorient et vendent de la monnaie numérique. »