AccueilLa blockchain pourrait contribuer à réduire la corruption au sein des gouvernements

La blockchain pourrait contribuer à réduire la corruption au sein des gouvernements

Blockchain pourrait potentiellement détecter la corruption gouvernementale grâce à ses capacités de cryptage et de contrats intelligents.

Un récent rapport du Forum économique mondial a examiné cinq façons dont la blockchain pourrait aider à lutter contre la corruption au sein de gouvernements.

Ces cinq points sont les suivants :

  1. Marchés publics
  2. Registres des titres fonciers
  3. Vote électronique
  4. Registres de propriété des sociétés bénéficiaires
  5. Versement des subventions

La blockchain est un grand livre public décentralisé, où les données sont enregistrées, cryptées et distribuées à chaque ordinateur connecté au réseau.

Lorsqu’une information doit être modifiée ou supprimée, elle doit être vérifiée dans chaque grand livre du système, confirmant que la modification est autorisée et authentique, avant de poursuivre.

Dans le cas des marchés publics, le gouvernement pourrait mettre en place un contrat intelligent automatisé qui servirait d’outil de surveillance des transactions inviolables, supprimant toute erreur humaine et limitant les vulnérabilités.

Traditionnellement, le registre des titres fonciers existe principalement sous forme physique – il peut être susceptible d’être modifié par des personnes ayant des intentions non éthiques.

En utilisant le système de grand livre public, ces enregistrements seront stockés de manière permanente dans la blockchain, à moins qu’un changement ne soit autorisé. Cela permettrait de se protéger contre toute activité frauduleuse et d’accroître la résistance de la propriété foncière.

Ces mêmes avantages pourraient être appliqués aux systèmes de vote électronique. En mettant en œuvre un système de vote basé sur la blockchain, les votes seront immuables et inviolables grâce au cryptage.

Un large éventail d’applications

Un registre basé sur une blockchain pourrait être utilisé pour suivre les conflits d’intérêts et les activités criminelles dans les registres de propriété des sociétés bénéficiaires. Le registre ne peut être modifié, ce qui permet d’améliorer l’efficacité et la transparence.

Dans le cas des subventions, il est difficile de suivre l’argent une fois qu’il a été distribué. Les décaissements passent par différents intermédiaires jusqu’à ce qu’ils arrivent à un bénéficiaire.

Malheureusement, dans de nombreux cas, l’argent n’arrive jamais à destination. L’utilisation de contrats intelligents permettra d’éliminer tout intermédiaire inutile, ce qui réduira le coût financier global et le risque de détournement financier mal intentionné.

Limitations

Avec de nombreux systèmes expérimentaux, il y a toujours une possibilité de cyber-attaques et d’exploitation par des acteurs immoraux. Même si la blockchain est connue pour son cryptage, il y a toujours une chance que des vulnérabilités soient trouvées et exploitées.

Avant qu’un système blockchain ne soit mis en place par un gouvernement, les fichiers et données antérieurs devront être numérisés et téléchargés dans la blockchain. Cela nécessitera une quantité massive de paperasserie, qui est sujette à l’erreur humaine.

La mise en place d’une blockchain dans un système de la taille d’un gouvernement pourrait être risquée – si l’on considère comment l’informatique quantique pourrait éventuellement évoluer et devenir capable de traiter un algorithme de blockchain en quelques minutes.