HomeLa police néo-zélandaise gèle 90 millions de dollars dans le cadre de l’affaire de blanchiment d’argent BTC-e

La police néo-zélandaise gèle 90 millions de dollars dans le cadre de l’affaire de blanchiment d’argent BTC-e

juin 22, 2020 By Harshini Nag

La Nouvelle-Zélande ne sera pas un refuge pour les fonds illicites, déclare le commissaire de police 

L’unité de recouvrement des actifs en Nouvelle-Zélande a annoncé le gel de 140 millions de dollars néo-zélandais (90 millions de dollars américains) dans le cadre de l’enquête mondiale sur BTC-e – un exchange de Bitcoins aujourd’hui disparu qui aurait été dirigé par Alexander Vinnik.

Le Russe a été accusé d’utiliser cet exchange pour blanchir des milliards de dollars au profit d’organisations criminelles, ce qui constitue la plus grande restriction de fonds jamais imposée à la police néo-zélandaise.

Vinnik a été arrêté par la police locale en 2017 alors qu’il était en vacances en Grèce pour le compte des autorités américaines. Il a été accusé d’avoir facilité le blanchiment d’argent, le vol d’identité, le trafic de drogue et le piratage informatique. Depuis, il a nié les accusations et s’est battu contre son extradition pendant trois ans. Ses avocats en Grèce affirment qu’il s’agit d’un « génie de l’informatique » qui est visé parce qu’il représentait une menace pour le système bancaire international.

BTC-e, l’un des plus grands crypto exchange au monde et largement utilisée, a tradé pour au moins 4 milliards de dollars de Bitcoins avec un « haut niveau d’anonymat », a déclaré le ministère américain de la justice (DoJ). Le DoJ a découvert que la clientèle de BTC-e était « fortement dépendante des criminels ». BTC-e a facilité la tâche des criminels en ne demandant pas aux utilisateurs de valider leur identité et a été accusée d’anonymiser les transactions et l’origine des fonds.

L’exchange ne disposait pas non plus de processus de lutte contre le blanchiment d’argent, a déclaré l’accusation. L’ordonnance d’extradition allègue que Vinnik était responsable de BTC-e et a donc facilité le blanchiment des produits des cybercriminels, les ransomware, les stratagèmes d’usurpation d’identité, la corruption des fonctionnaires, la fraude fiscale et les réseaux de drogue.

Le commissaire de police Andrew Coster a déclaré que « la police néo-zélandaise a travaillé en étroite collaboration avec l’Internal Revenue Service des États-Unis pour lutter contre cette infraction très grave ».

« Ces fonds sont susceptibles de refléter les bénéfices tirés de la victimisation de milliers, voire de centaines de milliers de personnes dans le monde entier du fait de la cybercriminalité et du crime organisé », a-t-il ajouté.

Les 140 millions de dollars sur des comptes bancaires offshore ont été retracés jusqu’en Nouvelle-Zélande, après quoi les avoirs ont été bloqués en vertu de la loi sur le recouvrement des produits de la criminalité (Criminal Proceeds’ Recovery Act). L’affaire sera jugée au niveau de la preuve civile et sera maintenant présentée devant un juge de la Haute Cour pour prouver qu’il existe des « motifs raisonnables » de croire qu’une personne a tiré profit d’une « activité criminelle importante ». La police néo-zélandaise devrait mener ses poursuites sur la base des preuves recueillies par les autorités américaines.

Coster a déclaré que la nature mondiale du crime a toujours présenté un risque d’impliquer des entreprises basées dans le pays. « Cependant, cette retenue démontre que la Nouvelle-Zélande n’est pas, et ne sera pas, un refuge pour les produits illicites générés par le crime dans d’autres parties du monde », a-t-il déclaré.