AccueilLa SEC poursuit la chasse à BitConnect après de nouvelles accusations

La SEC poursuit la chasse à BitConnect après de nouvelles accusations

Le principal régulateur financier des États-Unis a intenté une action civile contre le fondateur de BitConnect, qui aurait joué un rôle dans une escroquerie à la crypto-monnaie de 2 milliards de dollars.

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a inculpé le fondateur de BitConnect, Satish Kumbhani, dont on ignore où il se trouve. Kumbhani aurait été impliqué dans une offre frauduleuse de titres qui a permis à l'entreprise de lever 2 milliards de dollars. L'accusé a vendu des titres non enregistrés liés au programme de prêt de la société tout au long de l'année 2017, selon les documents déposés auprès d'un tribunal fédéral de New York. 

Lara Shalov Mehraban, du bureau régional de la SEC à New York, a noté : "Nous alléguons que ces accusés ont volé des milliards de dollars à des investisseurs particuliers du monde entier en exploitant leur intérêt pour les actifs digitaux."

Le citoyen indien, en toute connaissance de cause, a ainsi violé les règles de protection des investisseurs selon la SEC. L'affaire contre les dirigeants de la plateforme et une société tierce, Future Money, a été une saga prolongée. Au total, cinq personnes ayant participé au stratagème en créant des témoignages trompeurs sur YouTube ont été poursuivies à la fin du mois de mai.

Cette dernière action intervient trois ans après que la plateforme d'échange et de prêt crypto ait cessé toute activité en janvier 2018 après avoir reçu des avertissements de plusieurs autorités étatiques aux États-Unis. La plateforme d'échange de crypto aurait également subi des attaques par déni de service.

Le régulateur fédéral a l'intention de récupérer les fonds mal acquis tirés du système qui promettait de bons rendements aux investisseurs particuliers. Le personnel dirigeant de l'entreprise a assuré aux investisseurs que le logiciel de trading de volatilité de la plateforme pouvait offrir des rendements atteignant 40 % par mois. Les investisseurs se voyaient également promettre des gains annualisés de 3 700 % en échange de leur investissement.

L'ancien directeur et promoteur de la société, Glenn Arcaro, a déjà été inculpé pour fraude et a plaidé coupable hier. Arcaro et sa société Future Money ont gagné environ 24 millions de dollars en commissions de recommandation. Il a depuis été condamné à rembourser aux investisseurs de la plateforme crypto aujourd'hui disparue une somme de 24 millions de dollars. 

Kumbhani, quant à lui, a agi en tant que promoteur américain de la plateforme crypto lorsqu'elle était encore opérationnelle. La SEC accuse Khumbhani et d'autres parties d'avoir canalisé les fonds des investisseurs et de les avoir utilisés à des fins personnelles. Le communiqué de presse de la SEC ajoute que l'escroquerie était un schéma coordonné et impliquait d'autres promoteurs travaillant dans le monde entier.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.