AccueilL’adoption croissante du crypto en Afrique suscite des inquiétudes quant à la réglementation

L’adoption croissante du crypto en Afrique suscite des inquiétudes quant à la réglementation

Une étude récente de Chainalysis a montré l’adoption croissante du crypto en Afrique, un résultat qui a soulevé des inquiétudes parmi les régulateurs financiers africains

Chainalysis a fait état d’un boom de l’adoption du crypto en Afrique, le continent étant classé n°2 pour le trading P2P. Deux pays africains sont également apparus dans le top 8 de l’indice d’adoption du crypto. Le Nigeria est en tête de la croissance, enregistrant des volumes hebdomadaires de peer-to-peer de 5 à 10 millions de dollars. Le Kenya et l’Afrique du Sud se partagent la deuxième place avec une moyenne de 1 à 2 millions de dollars par semaine.

Cette croissance accélérée a cependant attiré l’attention des régulateurs financiers de la région. Elle a également fait craindre qu’en se dépêchant d’instituer une surveillance rigoureuse, on ne supprime les percées dans le secteur du crypto. Plusieurs exchanges centralisés ont fait état d’une adoption en plein essor et d’une augmentation des activités de trading dans la région.

Luno, par exemple, a enregistré le mois dernier un volume combiné de 549 millions de dollars en provenance du Nigeria et de l’Afrique du Sud. Ce chiffre représente une hausse de 49 % par rapport au début de l’année. Luno souligne également que les inscriptions de nouveaux clients ont augmenté de 122 % entre le dernier trimestre de l’année dernière et le deuxième trimestre de cette année.

Marius Reitz, directeur général de Luno pour l’Afrique, attribue la demande accrue de monnaie virtuelle aux avantages qu’elle offre dans le secteur bancaire. Il ajoute que « la demande que nous constatons maintenant est le résultat des défis que les gens rencontrent à travers l’Afrique ».

L’adoption croissante du crypto a cependant provoqué un examen plus minutieux de la part des organismes de réglementation. Il semble que les analystes de la région soient divisés sur la façon de réagir à cette découverte concernant l’adoption du crypto.

Les régulateurs sud-africains ont suggéré l’introduction de mesures qui feraient respecter les exigences de surveillance en avril. La Securities and Exchange Commission au Nigeria a également proposé la semaine dernière des réglementations qui considéreraient les actifs crypto comme des valeurs mobilières. Stephany Zoo de Bitpesa, un exchange au Kenya, a reconnu la protection des consommateurs qui serait obtenue grâce à une meilleure réglementation.

Néanmoins, M. Reitz prévient qu’une réglementation trop hâtive pourrait nuire au secteur. « Ce que nous aimerions voir, c’est une approche progressive. Il peut être très facile pour les régulateurs de vouloir réglementer l’ensemble du secteur dès le départ, mais cela pourrait étouffer l’innovation. Une fois que les gouvernements auront mieux réglementé, il y aura plus de chances d’ouvrir l’intégration avec l’infrastructure financière traditionnelle et il y aura aussi plus d’adoption massive », explique-t-il.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.