AccueilLes autorités japonaises saisissent le crypto d’un compte lié au piratage du système Coincheck en 2018

Les autorités japonaises saisissent le crypto d’un compte lié au piratage du système Coincheck en 2018

Le tribunal japonais a saisi 46 000 dollars après l’arrestation d’un médecin de Hokkaido pour l’achat de cryptos volés

Dans une décision récente, un tribunal japonais va saisir jusqu’à 46 000 dollars (4,8 millions de yens) à Takayoshi Doi pour son implication dans la cyber-attaque de 2018 sur l’exchange Coincheck, où 534 millions de dollars de NEM ont été volés.

Takayoshi Doi, un médecin de Hokkaido, a été arrêté en mars 2020, en même temps qu’un cadre de la préfecture d’Osaka, pour avoir sciemment acheté des NEM volé lors de l’attaque de Coincheck. Le NEM volé était listé sur le dark web avec une remise importante.

Doi a été accusé d’une violation de la loi japonaise sur la répression du crime organisé pour la collecte des revenus du crime.

Suite à l’arrestation, le département de la police métropolitaine a demandé la confiscation du crypto Doi. Le district de Tokyo a ensuite accordé l’ordre de saisie le 19 août et a acquis jusqu’à 46 000 $ de crypto sur le compte.

Cette saisie est considérée comme la première de ce type dans le système juridique japonais.

Là où tout commence

En janvier 2018, environ 543 millions de dollars de coins NEM ont été retirés par de multiples transactions non autorisées sur Coincheck, ce qui a entraîné l’arrêt de toutes les transactions pour une durée indéterminée, y compris les fiats.

Comme indiqué à l’époque, l’attaquant avait ciblé le portefeuille utilisé pour stocker les coins NEM appartenant aux clients de l’exchange. L’agresseur s’est probablement emparé de la clé privée de ce portefeuille par des moyens frauduleux et a procédé à son retrait.

Le NEM était le seul crypto qui a été volé. La raison de ce vol, fournie par les représentants de Coincheck, était que chaque crypto possédait un niveau de sécurité différent. La plupart des cryptos de l’exchange étaient stockés dans des portefeuilles multis et NEM n’en faisait pas partie.

Les répercussions

Après le piratage, la plateforme a connu une baisse de 66% de ses revenus et a finalement été rachetée par le groupe Monex, agissant comme l’une de ses filiales. L’incident a conduit Coincheck à retirer de sa plateforme toutes les privacy coins tels que Dash, Monero, Zcash et Augur.

Près de 12 mois après cet incident coûteux, Coincheck a permis à NEM de reprendre ses activités commerciales et, en 2019, l’Agence des services financiers du Japon lui a accordé une licence commerciale.

Il devient de plus en plus difficile de voler des cryptos et de s’en tirer. Cette action en justice japonaise intervient l’année même où un adolescent de Floride a été arrêté pour le récent piratage de Twitter, où les comptes de plusieurs célébrités ont été détournés par une équipe d’au moins trois hackers.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.