AccueilLes témoignages de l’Holocauste seront conservés sur la blockchain

Les témoignages de l’Holocauste seront conservés sur la blockchain

La Fondation Starling construit une archive immuable de témoignages de survivants du génocide sur Filecoin

Jonathan Dotan, producteur de la Silicon Valley et chercheur au Center for Blockchain Research de Stanford, utilise la technologie blockchain et des ledgers distribués (DLT) pour préserver les témoignages des survivants de l’Holocauste, selon un rapport publié hier dans le Jerusalem Post.

Les résultats choquants d’une enquête publiée en septembre ont montré qu’un dixième des Américains de moins de 40 ans ne se souvenaient même pas d’avoir entendu le mot « Holocauste » auparavant, et avec le nombre de survivants qui ne cesse de diminuer, un enregistrement permanent de leurs témoignages est plus important que jamais.

La réponse de Dotan est le Starling Framework, une solution de stockage distribué construite sur Filecoin, utilisant Hedera Hashgraph et dirigée par la Fondation USC Shoah, une organisation à but non lucratif fondée par Steven Spielberg qui se consacre à la réalisation d’entretiens audiovisuels avec les survivants du génocide.

La technologie blockchain est adaptée au stockage, à la diffusion et à la vérification des témoignages grâce à sa sécurité, sa transparence et son immuabilité. La nature décentralisée de la blockchain signifie également que la tâche ne sera pas soumise au contrôle d’une autorité gouvernementale ou centralisée qui pourrait avoir un programme politique.

Le cadre Starling met en place un Ledger inviolable des témoignages de survivants pour cataloguer les atrocités du génocide. En plus de l’Holocauste, cela inclut le génocide arménien et la crise du Rohingya. C’est un outil précieux en temps de paix également, car les journalistes de Reuters ont utilisé cette technologie pour surveiller la suppression des électeurs en capturant, stockant et vérifiant les photos des bureaux de vote lors du Super Tuesday.

Le matériel Starling est associé au logiciel IPFS (InterPlanetary File System) pour créer une chaîne de contrôle allant des caméras aux plateformes digitales. Les images sont dotées d’une empreinte digitale unique lors du hachage cryptographique à l’aide de l’IPFS. L’heure, la date et le lieu où la séquence a été prise peuvent alors être prouvés en associant l’image aux métadonnées des capteurs de l’appareil.

M. Dotan a expliqué : « Notre but ici est de prévenir les atrocités à l’avenir et de s’assurer que nous n’oublions pas les atrocités du passé. Ce sont des histoires importantes qui ont une valeur humaine très réelle pour nous en tant que civilisation et elles doivent être protégées et préservées, et voici une technologie qui fait cela».

La Fondation a commencé à déployer Starling pour apprendre par l’exemple, et l’a utilisé dans trois études de cas l’année dernière pour documenter les témoignages d’un survivant de l’Holocauste à Los Angeles, des dirigeants indigènes Achuar dans la forêt amazonienne et des réfugiés kurdes en Irak. Jusqu’à présent, la Fondation a recueilli 55 000 témoignages, ce qui représente plus de 9 pétaoctets de données.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.