AccueilLes victimes de la famine en Éthiopie collectent des fonds grâce aux NFT

Les victimes de la famine en Éthiopie collectent des fonds grâce aux NFT

SaveTigray vend des photos digitalisées de la tragédie sur sa place de marché NFT et reverse les recettes à des associations caritatives.

Dans la région éthiopienne du Tigré, les citoyens sont ravagés par la guerre depuis que les combats ont éclaté il y a huit mois. Le résultat, selon l’UNICEF, est que 400 000 personnes souffrent de la famine, 1,8 million sont au bord de la famine et des dizaines de milliers sont déjà mortes.

Cependant, l’organisation caritative SaveTigray a mis au point une méthode innovante de collecte de fonds pour les victimes : les jetons non fongibles (NFT).

Mirna Saraswati, de SaveTigray, explique : « L’année dernière, nous avions prévu de créer des NFT à partir d’objets d’art issus du commerce équitable créés par des femmes du Tigré. Mais l’arrivée de la guerre en novembre a mis fin à ces projets. Nous avons donc décidé de créer des NFT à partir de photos interprétées de la tragédie. Nous les vendrons sur notre marché NFT, et nous reverserons les recettes à parts égales à quatre groupes : le Programme alimentaire mondial, le Comité international de secours, l’UNICEF et Save the Children ».

Lundi, le Programme alimentaire mondial a indiqué sur Twitter qu’il avait envoyé un convoi humanitaire dans la région, mais qu’il devait « continuer à livrer 1 000 tonnes de nourriture vitale dans 40 camions par jour au Tigré pour répondre aux besoins alimentaires d’urgence de 2,1 millions de personnes ».

Les routes et les ponts menant au Tigré ont été bloqués ou détruits par les forces gouvernementales, qui ont toutefois nié bloquer l’aide, tandis que le gouvernement éthiopien et les troupes érythréennes stationnées dans la région ont été accusés de crimes de guerre.

Savannah Partridge, directrice de l’exploitation de SaveTigray, a déclaré : « Bien que nous souhaitions collecter des fonds pour les victimes, nous voulons vraiment diffuser la nouvelle à des millions de personnes. Le gouvernement éthiopien a annoncé que les vols d’aide pouvaient reprendre depuis la capitale, mais jusqu’à présent, aucun n’a été approuvé. Un tollé de la part du public peut les obliger à agir ».

Comme la plupart des NFT sont frappés et tradés sur la blockchain Ethereum, qui utilise actuellement le mécanisme Proof of Work, très énergivore, leur impact sur l’environnement est une question urgente.

Partridge a ajouté : « Nous pensons que les NFT sont là pour rester. Nous avons résolu le plus gros problème qui leur est associé, à savoir la consommation d’énergie. Notre plateforme utilise 10 millions de fois moins d’énergie que les plateformes standard basées sur Ethereum [sic]. Comme tout autre NFT, la provenance de chaque œuvre peut être facilement retracée grâce à la blockchain. Et les acheteurs peuvent continuer à utiliser chaque image pour collecter des fonds pour la cause, s’ils le souhaitent. Les NFT perçoivent des revenus à chaque fois qu’elles sont vendues, ce qui leur permet de continuer à collecter des fonds pour toujours ».

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.