L'actualité des coins

Libra: Même Facebook ne semble plus réellement croire au lancement de sa crypto

Avatar Frédéric Jean | il y a 3 semaines
650VUES

Facebook a reconnu hier ce que beaucoup d’adeptes des crypto-monnaies craignaient, à savoir que les questions de réglementation peuvent représenter un obstacle insurmontable et remettre en question le lancement de son projet mondial de crypto-monnaie, le Libra, ce qui participe d’ailleurs à maintenir la pression sur le Bitcoin et l’ensemble du marché des crypto-monnaies.

Dans son dernier rapport trimestriel remis à la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, la société a déclaré que les nombreux obstacles auxquels elle sera confrontée en ce qui concerne la réglementation d’une nouvelle technologie dont les règles ne sont pas claires aux États-Unis et dans d’autres pays du monde, signifient  » qu’il ne peut être garanti que le Libra ou less produits et services associés seront disponibles en temps opportun, ou tout simplement s’ils verront le jour « .

Des obstacles réglementaires potentiellement insurmontables

« Notre participation à la Libra Association nous soumettra à un examen réglementaire approfondi et à d’autres risques qui pourraient avoir une incidence défavorable sur nos activités, notre réputation ou nos résultats financiers « , indique Facebook.

Et non seulement le Libra est « basée sur une technologie relativement nouvelle et non éprouvée », mais les lois et règlements relatifs à la monnaie numérique sont « incertains et en évolution ».

« Le Libra a fait l’objet d’un examen minutieux de la part des gouvernements et des organismes de réglementation dans de nombreuses juridictions et nous nous attendons à ce que cet examen se poursuive « , indique le dépôt auprès de la SEC.

Comme l’entreprise le dit, le projet Libra, qui pourrait favoriser l’adoption de masse d’autres crypto-monnaies, a provoqué une certaine agitation parmi les régulateurs, banques centrales et gouvernements du monde entier.

Tous ont exigé davantage d’informations sur le projet, craignant qu’il ne constitue une menace pour les monnaies nationales historiques et la stabilité financière, et qu’il ne facilite le blanchiment d’argent, la fraude, et le financement d’activités illégales.

Les pays du G7 ont d’ailleurs formé un groupe de travail chargé d’examiner les questions entourant les crypto-monnaies, mais en mettant clairement l’accent sur le Libra. Le Groupe des Sept avait conclu au début du mois de juillet qu’une réglementation de « la plus haute qualité » serait nécessaire pour régir et réglementer le projet.

Un retard, voire une annulation du projet semble probable

Certains, y compris le président de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, ont même demandé que le projet soit tout simplement mis en pause en attendant que ces préoccupations soient prises en compte et que la société ait montré patte blache sur toutes les zones d’ombre qui ont été relevées.

Facebook dit en outre dans le dépôt auprès de la SEC:

« Ces lois et règlements, ainsi que toute demande de renseignements ou enquête connexe, peuvent retarder ou entraver le lancement de la monnaie du Libra ainsi que le développement de nos produits et services, augmenter nos coûts d’exploitation, exiger beaucoup de temps et d’attention de la part de la direction, ou nuire à notre entreprise.

Les doutes de l’entreprise quant à la viabilité de son projet ne sont pas non plus uniquement liés à la réglementation. Elle a cité l’incertitude de l’essor du Libra en tant que produit populaire comme un autre facteur potentiellement confondant, ainsi que son propre manque d' » expérience antérieure significative avec la monnaie numérique ou la technologie blockchain « .

Cela pourrait « nuire à notre capacité de développer et de commercialiser avec succès ces produits et services » a estimé la société.

« Nous devrons également engager des coûts accrus en raison de notre participation à la Libra Association et du développement et de la commercialisation des produits et services connexes, et nos investissements pourraient ne pas être fructueux. L’un ou l’autre de ces événements pourrait avoir une incidence défavorable sur nos activités, notre réputation ou nos résultats financiers. »

Rappelons que lors de la publication des résultats trimestriels de Facebook la semaine dernière, le PDG de la société Mark Zuckerberg avait déjà précisé que la société prendrait tout le temps nécessaire pour obtenir l’aval des régulateurs avant de lancer le Libra

Ajoutez un commentaire

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans les juridictions dans lesquelles les opérations ou les investissements décrits sont interdits et ne devraient être utilisés que par des personnes et selon les méthodes légalement autorisées. Votre investissement peut ne pas bénéficier de la protection des investisseurs dans votre pays ou dans votre pays de résidence. Veuillez effectuer votre propre vérification préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous présentons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.