Analyses des crypto-monnaies

Morgan Stanley entre dans la danse des produits dérivés en cryptomonnaies

Caroline Dooms | il y a 2 mois
354VUES

L’information a été relayée par Bloomberg il y a quelques jours. Morgan Stanley envisagerait à son tour d’offrir un produit dérivé qui permettrait à ses clients d’investir indirectement en Bitcoins (BTC).

Quelle banque ouvrira le bal ?

Il est palpable que les clients institutionnels des grandes banques américaines ont de plus en plus envie de goûter au fruit défendu.

Goldman Sachs soufflait le chaud et le froid récemment et faisait finalement marche arrière pour se concentrer sur une solution de custody (garde) des crypto-actifs tout en indiquant que la banque continuait de travailler sur la mise en place d’un non-deliverable forward.

Il y a quelques jours, une source rapportait que Citigroup envisageait la possibilité de créer des Digital Asset Receipts (DAR) permettant de s’exposer indirectement au prix du Bitcoin.

Dernièrement, il semblerait que la banque d’investissement Morgan Stanley serait prête à offrir des produits dérivés sous la forme de price return swaps afin de fournir une porte d’accès à ses clients pour investir en cryptomonnaies.

Les rumeurs enflent mais aucune banque ne se décide à inviter la damoiselle Bitcoin à danser. Les hésitations de la SEC et l’hostilité d’une partie du milieu politique américain freinent probablement les ardeurs de certaines banques qui prennent peur de se faire taper sur les doigts pour être sorties du rang.

Quel impact sur le cours du Bitcoin ?

Le cours du BTC semble prendre son indépendance par rapport aux simagrées des grandes banques américaines. La semaine dernière avait été marquée par une hausse quasi constante mais le prix du Bitcoin avait de nouveau chuté ce lundi. Le cours du BTC en temps réel sur eToro était de 6320$ mardi soit en légère hausse, tout comme l’ensemble du marché. A noter la progression notable de Ripple (XRP) qui prenait 18% sur les dernières 24 heures.

Une carte à jouer pour l’Europe ?

Des produits dérivés basés sur le Bitcoin mais également sur l’Ether (ETH) sont déjà disponibles sur certains marchés européens. Le 12 septembre, la France jetait les bases d’un cadre juridique pour les Initial Coin Offerings (ICO). En juin 2018, le Parlement Européen rendait publique une analyse détaillée des monnaies virtuelles destinée à alimenter le débat. Outre le Bitcoin, ce rapport mentionnait le Dash, le Monero et le ZCash notamment.

Si les banques européennes sont souvent plus frileuses que leurs consœurs américaines dans la création de produits dérivés, il faut espérer qu’elles prendront le train en marche lorsque les investisseurs institutionnels rentreront dans l’arène.

Dans tous les cas, il est temps de reconnaître l’existence bien réelle des monnaies virtuelles. En effet, plusieurs sources fiables semblent indiquer dernièrement que les banques traditionnelles seraient nettement plus exposées que le grand public ne le croit aux monnaies digitales. La valse pourrait donc s’accélérer très prochainement.

Avertissement sur les risques : L’investissement dans les devises numériques, actions et autres titres, matières premières, devises et autres produits d’investissement dérivés  (p. ex. les contrats de différence (« CFD ») est spéculatif et extrêmement risqué. Chaque investissement est unique et comporte des risques particuliers.

Les CFD et autres dérivés sont des instruments complexes et leur négociation est extrêmement risquée, la perte d’argent rapide est possible en raison de l’effet de levier. Vous devez être certain de bien comprendre comment l’investissement fonctionne et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent.

Les Crypto-devises peuvent largement fluctuer et, par conséquent, elles ne conviennent pas à tous les investisseurs. La négociation des crypto-devises n’est pas supervisée par un cadre réglementaire de l’UE. La performance passée n’est pas une garantie des résultats futurs. Tout historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Votre capital est en danger.

Lorsque vous négociez des actions vous mettez votre capital en danger.

La performance passée ne saurait garantir les résultats futurs. L’historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Les prix peuvent augmenter mais aussi baisser, ils peuvent également fluctuer considérablement, vous pouvez être exposé à des fluctuations de taux de change et vous pouvez perdre tout l’argent investi et même plus. Investir ne convient pas à tout le monde. Assurez-vous que vous avez bien compris les risques et les formalités juridiques. Si vous n’êtes pas sûr, demandez des conseils financiers, juridiques, fiscaux et/ou comptable. Ce site web ne fournit pas de conseil d’investissement, financier, juridique, fiscal ou comptable. Certains liens sont des liens affiliés. Pour plus d’informations, veuillez lire notre avertissement sur les risques et clause de non-responsabilité.