AccueilLe Népal continue sa répression et deux autres délinquants ont été arrêtés

Le Népal continue sa répression et deux autres délinquants ont été arrêtés

Alors que les échanges de Bitcoins et les informations sont prisés dans d’autres parties du globe, au Népal, les gens qui utilisent la crypto-monnaie la plus populaire au monde sont persécutés. Après avoir jeté en prison, il y a peu de temps, une dizaine d’utilisateurs de Bitcoin, le gouvernement est de nouveau en train d’arrêter deux autres personnes, poussant de plus en plus le Bitcoin dans la clandestinité.

Infocoin

Le Népal punit sévèrement les infractions liées au Bitcoin

Dans d’autres partie du monde, où l’innovation est relativement plus libre de s’épanouir, des noms comme Ram Dhakal et Purusittam Dar Tuladar pourraient être des vedettes bien connus du circuit des congrès. En effet, ce sont des barons du gaz très convoités pour leurs efforts commerciaux. Au Népal, ces noms sont reliés à un scandale concernant une infraction liée au Bitcoin. Le Bureau central d’investigation (CIB) de la police du Népal a arrêté deux personnes pour avoir prétendument opéré un racket de Bitcoin. Jeevan Shrestha, porte-parole de la CIB, a déclaré que les deux hommes d’affaires allaient entreprendre un racket de crypto-monnaie sous le nom de « Bitsewa Pvt Ltd ».

HistoryNet

Les autorités népalaises font référence au Nepal Rastra Bank Act »

Les autorités népalaises affirment : « Nous avons reçu l’enregistrement d’une société au nom de Bitsewa Pvt Ltd sous prétexte de gérer des affaires de technologie en ligne, de diffusion d’informations et de développement de logiciels. » Ils ont également ouvert un domaine www.bitsewa.com avec comme slogan : « Bitsewa : première société Bitcoin du Népal et premier marché d’actifs numériques. Les autorités népalaises ajoutent que « bien que cela soit légal dans certains pays, le commerce de Bitcoin est punissable en vertu du Nepal Rastra Bank Act. Il s’agit d’un document de 49 pages publié en 2002, mis à jour en 2006, qui ne fait aucune mention ni des crypto-monnaies, ni du Bitcoin. Néanmoins, on ne sait pas quelle partie de cette loi les deux hommes d’affaires accusés ont violée.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.