L'actualité de l'ethereum (ETH) L'actualité du bitcoin (BTC) L'actualité du litecoin (LTC)

Nouvelle déclaration d’un membre du Congrès américain détenant des Bitcoins (BTC) et Litecoins (LTC)

Julia Zeng | il y a 6 mois
801VUES

Le Bitcoin (BTC), Litecoin (LTC) et l’Ethereum (ETH) notamment ont la cote. Ces actifs semblent avoir acquis une certaine notoriété parmi le grand public malgré la grande volatilité des cours des cryptomonnaies. Pour preuve, plusieurs membres du Congrès américain ont divulgué récemment la liste de leurs actifs en cryptomonnaie.

Obligation de déclaration des Bitcoins et autres cryptomonnaies

C’est en juin 2018 que le Comité d’éthique de la Chambre des représentants a publié un mémo exigeant que ses membres fassent état dans leur déclaration annuelle de leurs avoirs en cryptomonnaies excédant 1000$. Cette obligation de communication s’applique également en cas d’achat ou de vente de Bitcoin ou autre cryptodevise pour un montant supérieur à 1000$.

Qu’en est-il des Initial Coin Offerings (ICO) ?

Le mémo du Comité d’éthique ne fournit pas d’orientation précise à ce sujet. En revanche, il indique que les membres de la Chambre souhaitant participer à une ICO doivent prendre conseil préalablement à la transaction. On s’oriente donc pour le moment vers une obligation de déclaration au cas par cas.

Les membres du Congrès sortent du bois

A ce jour, deux membres du Congrès ont admis détenir des actifs en cryptomonnaie. Le président du Comité judiciaire, Bob Goodlatte, a indiqué en mai posséder jusqu’à 80,000$ en cryptomonnaie. La majeure partie serait détenue en Bitcoin mais le membre de la Chambre des représentants indique également détenir du Bitcoin Cash (BCH) et de l’Ethereum.

Plus récemment ce 14 août, une représentante de l’état d’Hawaii a déclaré détenir l’équivalent d’environ 15,000$. Tulsi Gabbard annonce avoir acheté des Litecoins (LTC) mais également des Bitcoins.

Il est fort probable que d’autres déclarations suivront.

Le Bitcoin et les cryptomonnaies sont-ils mieux acceptés ?

Cette question est totalement rhétorique. Seuls les plus sceptiques en doutent encore. Le fait même que les autorités s’intéressent aux cryptomonnaies et émettent des recommandations indique une reconnaissance.

Si vous aussi souhaitez acheter des Bitcoins, acheter du Ripple ou d’autres altcoins, vous pouvez le faire facilement via le courtier eToro. Les cryptomonnaies sont en train de gagner leur place sur les marchés financiers et il est temps de s’y intéresser.

Et en France ?

La France n’est pas en reste concernant les cryptomonnaies et le fonctionnement de la blockchain.  Le Conseil d’Etat a clarifié le régime fiscal en avril 2018. La sphère politique s’y intéresse également.

Il suffit pour s’en persuader de lire le très intéressant rapport du 4 juillet dernier rédigé par Jean-Pierre Landau à la demande du Ministre de l’Économie et des Finances.

2018 sera l’année de la généralisation des cryptomonnaies. Il ne reste plus qu’à espérer que les autorités continuent à limiter leur intervention et fassent de 2019 celle de leur avènement.

Avertissement sur les risques : L’investissement dans les devises numériques, actions et autres titres, matières premières, devises et autres produits d’investissement dérivés  (p. ex. les contrats de différence (« CFD ») est spéculatif et extrêmement risqué. Chaque investissement est unique et comporte des risques particuliers.

Les CFD et autres dérivés sont des instruments complexes et leur négociation est extrêmement risquée, la perte d’argent rapide est possible en raison de l’effet de levier. Vous devez être certain de bien comprendre comment l’investissement fonctionne et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent.

Les Crypto-devises peuvent largement fluctuer et, par conséquent, elles ne conviennent pas à tous les investisseurs. La négociation des crypto-devises n’est pas supervisée par un cadre réglementaire de l’UE. La performance passée n’est pas une garantie des résultats futurs. Tout historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Votre capital est en danger.

Lorsque vous négociez des actions vous mettez votre capital en danger.

La performance passée ne saurait garantir les résultats futurs. L’historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Les prix peuvent augmenter mais aussi baisser, ils peuvent également fluctuer considérablement, vous pouvez être exposé à des fluctuations de taux de change et vous pouvez perdre tout l’argent investi et même plus. Investir ne convient pas à tout le monde. Assurez-vous que vous avez bien compris les risques et les formalités juridiques. Si vous n’êtes pas sûr, demandez des conseils financiers, juridiques, fiscaux et/ou comptable. Ce site web ne fournit pas de conseil d’investissement, financier, juridique, fiscal ou comptable. Certains liens sont des liens affiliés. Pour plus d’informations, veuillez lire notre avertissement sur les risques et clause de non-responsabilité.