L'actualité du trading de crypto-monnaies

La plate-forme Kraken est de nouveau opérationnelle après une interruption de plus de 24 heures

Audy Audy | il y a 10 mois
967VUES

Plus tôt cette semaine, la plate-forme de crypto-monnaie Kraken, basée à San Francisco, a programmé une mise à jour de son système de trading. Cette mise à niveau ne devait durer que deux heures, mais le site Web est resté en panne pendant plus de 24 heures. Kraken est de nouveau en ligne et prévoit une offre de trading à zéro frais jusqu’au 31 janvier en contrepartie de cette longue attente.

Kraken Logo/Source : Coin Report

Une mise à jour fastidieuse

Pour commencer, il est important de rappeler que Kraken est l’une des plus grandes plates-formes de négociation d’actifs numériques, si l’on tient compte du nombre de clients. Dans un premier temps, Kraken a indiqué aux internautes que la mise jour allait entraîner une fermeture de la plate-forme pendant deux heures, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Le temps de la restauration des services a été plus long que prévu et les clients ont commencé à s’énerver. Les utilisateurs de Kraken ont affiché leur mécontentement sur les forums et les réseaux sociaux à mesure que les heures s’égrainaient. Ce n’est que 24 heures plus tard que Kraken a rouvert ses services.

Voici une vidéo montrant comment la plate-forme Kraken fonctionne.

Kraken doit maintenant faire attention

À la reprise des services, la plate-forme de trading de San Francisco a annoncé que le site et la plate-forme de trading était de nouveau en ligne. Cependant, après la mise à jour, certaines choses ont changé, comme le nouveau processus allégé de vérification des comptes. D’autres comptes à échelon supérieur auront la priorité sur les nouveaux comptes qui vont entreprendre une toute première série de vérifications. D’autre part, avec la reprise des transactions, les performances de la plate-forme seront surveillées de près. Les autorités compétentes pourront supprimer le site si d’autres irrégularités sont constatées.

Avertissement sur les risques : L’investissement dans les devises numériques, actions et autres titres, matières premières, devises et autres produits d’investissement dérivés  (p. ex. les contrats de différence (« CFD ») est spéculatif et extrêmement risqué. Chaque investissement est unique et comporte des risques particuliers.

Les CFD et autres dérivés sont des instruments complexes et leur négociation est extrêmement risquée, la perte d’argent rapide est possible en raison de l’effet de levier. Vous devez être certain de bien comprendre comment l’investissement fonctionne et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent.

Les Crypto-devises peuvent largement fluctuer et, par conséquent, elles ne conviennent pas à tous les investisseurs. La négociation des crypto-devises n’est pas supervisée par un cadre réglementaire de l’UE. La performance passée n’est pas une garantie des résultats futurs. Tout historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Votre capital est en danger.

Lorsque vous négociez des actions vous mettez votre capital en danger.

La performance passée ne saurait garantir les résultats futurs. L’historique de négociation présenté date de moins de 5 ans, sauf avis contraire, et peut ne pas suffire comme base pour les décisions d’investissement. Les prix peuvent augmenter mais aussi baisser, ils peuvent également fluctuer considérablement, vous pouvez être exposé à des fluctuations de taux de change et vous pouvez perdre tout l’argent investi et même plus. Investir ne convient pas à tout le monde. Assurez-vous que vous avez bien compris les risques et les formalités juridiques. Si vous n’êtes pas sûr, demandez des conseils financiers, juridiques, fiscaux et/ou comptable. Ce site web ne fournit pas de conseil d’investissement, financier, juridique, fiscal ou comptable. Certains liens sont des liens affiliés. Pour plus d’informations, veuillez lire notre avertissement sur les risques et clause de non-responsabilité.