AccueilPlus de la moitié des crypto exchanges ignorent la réglementation KYC

Plus de la moitié des crypto exchanges ignorent la réglementation KYC

CipherTrace a découvert la révélation choquante que plus de 50% des crypto exchanges ont une vérification d’identité faible ou nulle

L’étude a montré que les régions les plus touchées par le non-respect des réglementations étaient l’Europe et les États-Unis. Les sociétés d’analyse ont étudié plus de 800 exchanges centralisées, décentralisées et automatisées de faiseurs de marché.

Les conclusions de l’étude

Selon CipherTrace, 56 % des cas étudiés ne respectaient pas les directives de la politique de connaissance du client (KYC). L’étude a révélé que le nombre le plus élevé d’exchanges non conformes se situait en Europe, peut-être parce qu’il y a plus de réglementations à afficher que dans d’autres territoires. En outre, deux tiers de tous les fournisseurs européens de services d’actifs virtuels affichaient des pratiques de connaissance du client peu rigoureuses.

La Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis sont en tête des pays ayant le plus grand nombre de cas de faible adhésion au KYC. CipherTrace a en outre révélé que la majorité des crypto exchanges ne se soucient même pas d’indiquer leur pays d’origine sur leurs CGV.

Un pourcentage stupéfiant de 85 % de ces exchanges ont un mauvais cadre KYC, ce qui rend suspecte l’omission de leur origine. Cette omission délibérée vise à les aider à éviter de se conformer à la réglementation AML.

Les Seychelles ont une fois de plus fait la une des journaux pour leur notoriété en matière de blanchiment d’argent. 70 % des sociétés de crypto enregistrées dans ce pays insulaire respectent mal les directives KYC.

Une controverse sur la réglementation DeFi

La question de savoir si les projets de DeFi fournissant des services financiers devraient être soumis à des réglementations similaires a également été soulevée dans le rapport.

Valerie Szczepanik, le Crypto Czar de la SEC, s’est exprimée sur le sujet au début du mois en disant « Ce sont toutes des activités financières et elles sont probablement déjà soumises à diverses lois, y compris la loi sur les valeurs mobilières, potentiellement des lois sur les banques et les prêts – en définitive des lois AML/CTF ».

Selon Dave Jevans de CipherTrace, les protocoles DeFi montreraient une résistance au respect des réglementations. « D’après ce que nous avons vécu ces deux derniers mois, ils ne veulent pas avoir affaire au KYC ». Il a poursuivi en ajoutant qu’ils n’auraient finalement pas d’autre choix que d’y adhérer.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.