AccueilQui a dit quoi ? Avec Jean-Francois Faure

Qui a dit quoi ? Avec Jean-Francois Faure

« Qui a dit quoi ? » est une série d’articles lancée par Coin24 ayant pour but d’interroger des acteurs francophones du monde des crypto-monnaies et de la blockchain pour vous éclairer sur des concepts liés à cette industrie pleine d’avenir ou vous présenter des projets pertinents. 

Pour cette édition, Jean-Francois Faure – Fondateur d’AuCOFFRE.com, de VeraCash & de VeraOne, nous parle du stablecoin adossé 100 % à l’or, VeraOne (VRO), et de la pertinence de l’or dans une stratégie d’épargne et d’investissement.

Pour retrouver tous les articles « Qui a dit quoi ? », cliquez ici.

Qui est Jean-Francois Faure ?

Serial-entrepreneur, spécialiste des questions monétaires et expert des métaux précieux, Jean-François Faure fonde en 2008 AuCOFFRE.com, service en ligne de placement en or physique avec garde en coffres. L’or physique est pour lui le meilleur produit d’épargne pour sécuriser son patrimoine. Aujourd’hui, AuCOFFRE.com est la première plateforme en ligne 100% sécurisée pour l’achat et la vente de métaux précieux (or, argent). Fondateur du Think Tank « Monnaies en transition », Jean-François Faure explore aussi le domaine des cryptos actifs en proposant VeraOne, le stablecoin adossé à l’or physique.

Comment est né le projet VeraOne ?

Jean-François m’explique que le projet VeraOne est venu de la volonté de poursuivre la démarche d’innovation engagée il y a 12 ans avec l’entreprise Aucoffre.com, société spécialisée dans l’achat et la vente d’or et d’argent sur le marché français, belge et suisse,

À cette époque nous avions révolutionné la manière d’acheter de l’or en France et depuis nous n’avons cessé d’explorer de nouvelle manières d’acheter des métaux précieux, de les revendre et de tout simplement les conserver.

En 2009, la société Aucoffre.com est donc lancée dans le but de développer des services pour simplifier les processus d’achat, de vente et de conservation de métaux précieux. Dès 2014, l’entreprise veut aller plus loin en proposant une façon d’utiliser ses avoirs investis dans les métaux précieux.

C’est ainsi que VeraCash, une carte de paiement qui est adossée à ces matières premières précieuses, voit le jour et permet à ses utilisateurs de convertir automatiquement son or ou son argent en devise fiat utilisable via une carte MasterCard.

Jean-François m’explique donc que depuis le début, ils ont développé leurs services selon un modèle qui permet de digitaliser les transactions d’un actif qui est 100 % adossé et « backé » par des métaux physiques.

C’est ainsi que tout récemment, l’entreprise lance VeraOne (VRO) – un stablecoin adossé à l’or. Le jeton est soutenu par des lingots d’or spot certifiés LBMA. Le prix d’un VRO est égal à un gramme d’or divisé par le prix de la crypto-monnaie avec laquelle vous l’échangez.

Ce coin n’est donc ni plus ni moins que le métier d’Aucoffre.com, mais dans un autre périmètre d’usage d’après le Fondateur d’AuCOFFRE.com, de VeraCash & de VeraOne.

Sur VeraOne notre volonté était de ne pas cibler le public français, mais de s’ouvrir à une population internationale qui soit complémentaire de notre clientèle actuelle. Nous souhaitions aussi accomplir un projet réussi autour de la blockchain.

Jean-François m’explique que passé un POC sous hyperledger en 2016, l’entreprise a évolué vers la version actuelle de VeraOne disponible sur VeraOne.io qui utilise le protocole ERC20 des tokens compatible avec l’écosystème Ethereum.

Quelle est la pertinence d’un stablecoin adossé sur l’or ?

Pour Jean-François, un tel projet ne semble être que l’évolution normale de l’entreprise par rapport au monde dans lequel nous évoluons et les étapes que la société a déjà franchies dans l’éco-système de l’épargne et de l’investissement.

Il m’explique aussi que les membres de l’équipe « étaient par nature faits pour lancer ce type de projet ». Il souligne aussi que l’équipe a été piquée au vif par certains aspects de l’éco-système des crypto-monnaies comme les stablecoins de type Tether qui répliquent le dollar, mais qui ne sont que partiellement adossés à des dollars réels…

Là nous nous sommes dit il y a un problème… Et un jour il y aura un énorme scandale, alors que cette crypto-devise est la plus échangée au monde quotidiennement.

VeraOne a donc été créée pour compléter le cœur de métier d’Aucoffre.com et VeraCash et offrir une meilleure alternative aux stablecoins actuels avec un actif qui est « par nature l’actif le plus stable depuis 5 000 ans, car il est l’équilibre assez magique entre l’offre (l’extraction et le recyclage) et la demande (essentiellement le marché du bijou) ».

Alors certes nous voyons des fluctuations, mais elles sont pas plus importantes que celles d’une devise classique type livre sterling et les sous-jacents ne sont clairement pas les mêmes. Là où l’on ne sait pas ce que sera la valeur de la livre dans 10 ans, il y a quand même de fortes chances que les gens s’offrent encore des bijoux, que les banques centrales n’aient pas revendu leur stock d’or, etc dans 10 ans.

Pour Jean-François, si l’or n’est pas le stablecoin ultime, aucun actif ne pourrait l’être à sa place. C’est ainsi qu’amener l’or dans l’univers blockchain via VeraOne c’est tout simplement lui permettre d’exprimer cette stabilité et cette reconnaissance universelle sur un terrain où la volatilité doit pouvoir être maîtrisée.

Vous vous rendez compte qu’une vache valait une once d’or en Egypte il y a 5 000 ans, c’est pareil aujourd’hui. Un Ford Model T de 1907 vaut environ la même chose qu’une Tesla Modele 3. Et un vélo qui coûtait 20F francs or en 1910 vaut sensiblement la même chose aujourd’hui en équivalent euros.

Alors que l’or conserve plus ou moins sa valeur dans le temps et qu’il s’agit toujours d’une valeur refuge pertinente, l’utilisation de la blockchain semble être une évolution naturelle pour que les produits de l’entreprise basés sur l’or puissent atteindre un autre niveau et toucher davantage de personnes.

Jean-François m’indique qu’il est très probable que le futur de toutes ses activités comme celles d’Aucoffre.com, de VeraCash et autres entreprises passe lui aussi par un usage massif d’une blockchain.

Pourquoi ?

Quand on a besoin de rassurer, de montrer une traçabilité, que chacun sache qu’il est bien propriétaire de tel ou tel actif, la blockchain est idéale. Au début du projet nous avions choisi la blockchain ETH pour sa reconnaissance mondiale et l’environnement de développement mature. Aujourd’hui nous sommes (comme les autres) assez impactés par les frais d’usage de cette blockchain, mais nous ne regrettons pas notre choix. C’était là qu’il fallait démarrer pour se créer un nom !

Comment obtenir des VeraOne (VRO) ?

Je me demande alors quelles plateformes utiliser pour obtenir des jetons VeraOne. Peut-on utiliser des crypto-devises ou des devises fiat pour acheter des VRO ?

Le plus simple pour acheter les tokens à leur meilleur prix est tout simplement de passer par notre plateforme VeraOne.io. Sinon, il est possible aussi d’aller sur l’exchange P2PB2B, car il est parfois possible d’y faire de bonnes affaires.

Pour le moment, Jean-François m’explique qu’il ne propose que les paires BTC/VRO et ETH/VRO, car il considère que le BTC et l’ETH sont les crypto-devises avec les marchés les plus liquides. Pourquoi ne pas proposer d’obtenir des VeraOne avec des euros ou des dollars américains ?

Pour l’instant n’avons pas intégré de fiat dans VeraOne car tout simplement un client européen qui souhaite un opération de type Euro/Or pourra trouver son bonheur avec VeraCash ou même Aucoffre.com s’il est français.

VeraOne est-il une simple valeur refuge ou peut-on les utiliser dans la vie de tous les jours ?

VeraOne est aujourd’hui un utilitaire pour arbitrer la volatilité de ses BTC ou ses ETH. En ce moment, c’est clairement un sujet. Il n’a pas la vocation immédiate d’être une crypto-devise qui se substitue à des outils bien plus adaptés pour ça.

Jean-François fait notamment référence à VeraCash qui est par exemple un système idéal à utiliser au quotidien comme une sorte de monnaie alternative. Il existe en effet une carte de paiement, une application de type wallet et prochainement des services qui vont en faire une néo-banque.

Vous vous rendez compte, l’or va devenir la deuxième monnaie de milliers d’utilisateurs dans très peu de temps. La France connaîtrait un effondrement de son système monétaire, nous pourrions très vite migrer vers des outils tels que ceux que l’on propose avec VeraCash pour avoir une manière résiliente de payer ou se faire payer.

Qui a dit quoi ? Avec Jean-Francois Faure – Le mot de la fin

La volatilité du marché des crypto-devises n’est plus à prouver. Comment protéger ses gains ? Comment faire pour prendre ses gains suite à une forte hausse du Bitcoin par exemple ?

Aller sur Tether et prier le ciel de ne pas se retrouver pris dans une future tempête liée à leur contrepartie partielle ou bien fixer une valeur avec l’or chez VeraOne.io…

Maintenant que la période d’exploration du service VeraOne est passée, l’équipe de Jean-François est dans une phase où la communication s’intensifie avec un meilleur angle d’approche pour mieux cibler sa clientèle.

Les prochaines étapes pour VeraOne seront de pouvoir proposer de nouvelle paires d’échange avec le VRO pour les clients, mais aussi de trouver des solutions parallèles à Ethereum en attendant qu’ETH 2.0 arrive.

Merci à Jean-Francois Faure de nous avoir présenté son stablecoin VeraOne adossé sur l’or !

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.