AccueilRapport hebdomadaire : Les perspectives cryptos en Inde semblent positives

Rapport hebdomadaire : Les perspectives cryptos en Inde semblent positives

Avec toute l’attention portée sur le sombre marché des crypto-monnaies, voici d’autres histoires intéressantes qui n’ont peut-être pas attiré votre attention.

Nervos collabore avec CMBI sur un fonds blockchain

Nervos, un écosystème blockchain open-source, a annoncé le lancement d’un fonds blockchain baptisé InNervation. Ce fonds serait doté de 50 millions de dollars et compterait la banque CMB International parmi ses principaux partenaires. Il convient de noter que Nervos est toujours en train de travailler sur Force Bridge, dont la sortie est prévue avant la fin du trimestre.

Force Bridge permettrait le support de chaînes croisées pour Bitcoin, EOS, Tron et Polkadot. Kevin Wang, le cofondateur de Nervos, a confirmé la sortie prochaine de Force Bridge tout en réaffirmant son engagement à développer des outils adaptés au support multi-chaînes. CMBI est un investisseur de Nervos depuis 2019, lorsque les deux entreprises ont travaillé conjointement au développement de dApps personnalisées pour offrir des services financiers.

L’institution bancaire a puisé dans la base commune de connaissances et le protocole à une couche de Nervos pour la vérification d’identité, la tokenisation des actifs et la facilitation des paiements. L’objectif de Nervos pour les trois prochaines années est de financer des start-ups souhaitant intégrer la blockchain de Nervos. Les startups se sépareront chacune d’un investissement initial compris entre 200 000 et 2 millions de dollars.

Les paiements crypto par ransomware ont dépassé 80 millions de dollars au premier trimestre 2021

Les cybercriminels liés à la Russie sont largement responsables de l’augmentation des crypto-ransomwares. Les activités du darknet russe, Hydra, seraient à l’origine de l’essor des ransomwares. Le Crypto Crime Report de Chainalysis, publié en février, a montré que les victimes de ransomware avaient versé 350 millions de dollars l’année dernière.

Depuis, d’autres adresses de ransomware ont été découvertes, portant le chiffre réel de 2020 à plus de 406 millions de dollars. Les valeurs moyennes des paiements crypto effectués pour les ransomwares sont en constante augmentation depuis 2018, ces dernières années. Le rapport semestriel de Chainalysis a détaillé qu’au premier trimestre de 2021, le chiffre moyen était passé à 54 000 $, contre 20 000 $ enregistrés l’année dernière. Selon le rapport, la valeur totale des paiements de ransomware en crypto s’élève à 81 millions.

L’émergence de nouvelles souches de ransomware en plus des anciennes souches a été une autre cause de l’augmentation du nombre d’attaques. Le modèle de ransomware en tant que service (RaaS) est le plus courant, et la plupart de ceux qui utilisent ce modèle migrent d’une souche à l’autre. L’analyse des blockchains montre que certains des ransomwares les plus notoires peuvent provenir de la même entité.

Un rapport suggère que l’Inde pourrait former un nouveau comité crypto

Le gouvernement indien pourrait former un comité pour explorer les moyens de réglementer la crypto en tant qu’actif digital. The Economic Times a rapporté cette semaine que les discussions sont encore naissantes, mais cela pourrait être un pas énorme vers une nouvelle ère de la crypto. Le nouveau groupe d’experts adoptera une approche différente de celle adoptée en 2019, lorsque le comité sur la crypto de l’époque a recommandé une interdiction générale de la crypto.

Le nouveau sang au ministère des Finances a affirmé que les recommandations du panel dirigé par Subhash Garg étaient dépassées, et que de nouvelles options devaient être recherchées. La croissance de la crypto-monnaie en Inde a été notée par la ministre des finances, Nirmala Sitharaman, qui devrait aborder la question dans le courant du mois.

Elle a précédemment révélé que le gouvernement avait l’intention d’adopter une approche « calibrée » en la matière. Le gouvernement indien avait prévu de présenter en mars le projet de loi sur les crypto-monnaies et la réglementation des monnaies digitales officielles, mais l’a reporté à juillet, lors de la reprise des travaux du Parlement. Il reste à voir si les suggestions du projet de loi correspondent aux recommandations de 2019. Cela dit, on peut encore espérer que la réglementation gouvernementale favorisera la communauté crypto indienne.

La National Bank of Egypt adopte la technologie RippleNet

La National Bank of Egypt a commencé à utiliser la blockchain RippleNet pour faciliter les paiements transfrontaliers avec le Lulu International Exchange basé aux Émirats arabes unis. Le groupe financier Lulu est présent dans plus de 11 pays et compte plus de 235 succursales réparties dans les Émirats arabes unis, dans le Conseil de coopération du Golfe et dans la région Asie-Pacifique.

Selon les chiffres de la Banque mondiale, l’Égypte attribue 8,8 % de son PIB aux envois de fonds des migrants. En 2020, cela s’est traduit par un montant estimé à 24 milliards de dollars d’argent envoyé dans le pays. Hesham Elsafty, de NBE, a cité la nécessité d’adopter une nouvelle infrastructure pour transférer les fonds envoyés par les migrants comme l’une des principales raisons de ce changement. La relation entre NBE et Ripple vise à réduire les coûts et à accroître l’efficacité globale des transactions.

RippleNet utilise la technologie blockchain pour aider ses associés dans le monde entier à accroître la performance et l’étendue de leurs activités. RippleNet a confirmé qu’elle comptait plus de 300 clients l’année dernière, dont de grandes banques telles que la National Bank of Fujairah. Au contraire, peu de banques ont adopté le jeton natif de Ripple, XRP.

Sony dépose un brevet pour une plateforme de pari

Sony a récemment révélé une demande de brevet pour un service de paris basé sur les esports diffusés en direct, où les utilisateurs placeraient des paris en utilisant des actifs virtuels et physiques. Patentscope rapporte que le brevet a été déposé en 2019, mais Sony ne l’a annoncé que ce mois-ci.  Dans le système de paris suggéré, les streamers esports regarderont simultanément le jeu et parieront sur les résultats possibles.

L’apprentissage automatique serait incorporé pour déterminer les cotes du jeu en fonction de plusieurs facteurs. Le brevet n’est toutefois pas spécifique à la PlayStation de Sony puisqu’il fait également référence à d’autres fabricants de consoles de jeu comme Nintendo.

Ayant récemment acheté Evo, Sony pourrait chercher à associer la revendication de brevet à sa propriété d’Evo, le plus grand jeu de combat de tournoi. Cette demande vient s’ajouter à la liste des nombreuses demandes de brevet déposées par la société de jeux vidéo. Sony a déjà tenté de breveter un système permettant de jumeler des joueurs en difficulté avec des experts, ainsi qu’un autre brevet permettant d’ajouter des trophées à des jeux anciens émulés.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.