HomeLe retour en force des entreprises d’échanges de crypto-monnaies, malgré l’interdiction de la Chine

Le retour en force des entreprises d’échanges de crypto-monnaies, malgré l’interdiction de la Chine

octobre 19, 2017 By Tiana R.

C’est officiel, la technologie Blockchain a battu l’une des plus grandes autorités de la planète. La nature décentralisée de ce qui est devenu un véritable levier des crypto-monnaies a fait ses preuves. Le Bitcoin et d’autres devises numériques vivent un autre jour.

Le mois dernier, la Chine a interdit aux entreprises chinoises d’échanger des crypto-monnaies et de lever des fonds via les ICO. Les prix du Bitcoin et de l’éther ont baissé. Les start-ups de crypto-monnaies se sont développées. Ils ont prouvé que la devise numérique est décentralisée et autonome. Si elle est interdite dans un pays, il faut aller dans un autre. Actuellement, elles font un retour en force.

La valeur du Bitcoin atteint un sommet historique

La répression du gouvernement chinois aurait pu stopper le développement de quelques start-ups, mais c’était juste une crise temporaire. Selon Ken Sangha, directeur de l’Open Money et Open Project à San Francisco, les crypto-monnaies ont été testée.

Il a expliqué que si la Chine n’autorisait pas les échanges de crypto-monnaies, il est tout à fait possible de les tester dans d’autres pays du monde entier. En effet, chaque gouvernement a son avis concernant les devises virtuelles.

Changer de stratégie pour se développer dans le secteur

Sangha allait lancer en septembre une ICO pour Open Money, une technologie permettant aux développeurs d’applications d’inclure des fonctionnalités pour acheter leurs produits avec des crypto-monnaies. L’interdiction chinoise a mis leur ICO en attente. La plupart de leurs investisseurs étaient chinois. Les entreprises basées à San Francisco ont eu les mêmes problèmes.

SIE Japan Studio, Wikimedia Commons

La société d’échanges de crypto-monnaies basée à Shanghai, C2CX, a dû abandonner temporairement son projet. Le PDG de C2CX, Scott Freeman, a déclaré que la Chine est la principale source d’investissement dans la crypto-monnaie et que les interdictions signifient simplement que ces capitaux iront dans d’autres projets.

Tags: