AccueilSingapour et la France testent un réseau de paiements transfrontaliers CBDC

Singapour et la France testent un réseau de paiements transfrontaliers CBDC

Avec l’aide d’Onyx de JP Morgan, le MAS et la BdF ont simulé la première transaction CBDC transfrontalière pour appliquer la tenue de marché automatisée.

Selon un communiqué de presse de la Banque de France (BdF) hier, la BdF et l’Autorité monétaire de Singapour (MAS) ont achevé une expérience de monnaie digitale de banque centrale (CBDC) comprenant le paiement et le règlement transfrontaliers de gros.

Un réseau commun entre la France et Singapour a été utilisé pour la simulation de transactions transfrontalières utilisant plusieurs CBDC (m-CBDC). L’expérience a été supportée par Onyx, l’unité commerciale de JP Morgan axée sur la blockchain, et a été la première à améliorer l’efficacité grâce à l’emploi de capacités de gestion des liquidités et de tenue de marché automatisée.

Sopnendu Mohanty, Chief FinTech Officer du MAS, a déclaré : « La mise en place d’une infrastructure de Ledger partagé multidevises permet aux participants de tous les pays d’effectuer des transactions directement dans différentes devises. Cette expérience m-CBDC a rompu avec le passé en décentralisant l’infrastructure financière, afin d’améliorer la gestion des liquidités et les services de tenue de marché. »

Une blockchain autorisée, basée sur la technologie Quorum, a été utilisée pour effectuer des transactions transfrontalières entre une CBDC en dollars de Singapour et une CBDC en euros. L’expérience vise à surmonter les obstacles aux paiements transfrontaliers traditionnels, tels que les retards de règlement dus aux décalages horaires, les limites des heures de fonctionnement et le manque de transparence autour des taux d’échange.

Valérie Fasquelle, directrice des infrastructures, de l’innovation et des paiements de la BdF, a commenté : « En expérimentant la circulation de l’euro CBDC dans un réseau de corridors partagés, la Banque de France et MAS ont testé la possibilité de fournir un lien avec d’autres CBDC dans le monde entier. Il s’agit d’une opportunité de construire des arrangements pour des modèles multiples de CBDC, améliorant les paiements transfrontaliers et augmentant l’harmonisation des procédures post trade. »

Le taux d’échange entre les euros et les dollars de Singapour a été géré automatiquement par des smart contracts. Les deux pays ont mis en place des nœuds blockchain sur des infrastructures cloud publiques et privées, illustrant l’interopérabilité entre différents types d’infrastructures cloud.

La conception du réseau signifiait que chaque banque centrale pouvait régir sa propre distribution de CBDC, tout en assurant la visibilité. Elle a également démontré que les procédures KYC, les accords contractuels, les coûts et le nombre d’intermédiaires pouvaient tous être réduits.

Cette simulation était l’une des dernières étapes du programme d’expérimentation de gros de la BdF qui s’achèvera plus tard cette année. De nombreuses autres banques centrales et commerciales pourraient rejoindre le réseau m-CBDC, car sa conception est évolutive.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.