AccueilWallStreetBets – Comment la communauté de traders particuliers influence-t-elle les règles à Wall Street ?

WallStreetBets – Comment la communauté de traders particuliers influence-t-elle les règles à Wall Street ?

Mais que se passe-t-il à Wall Street ? Des hedge funds vétérans semblent s’être fait contrer par des « amateurs ». Pour une fois, les traders particuliers semblent battre Wall Street à son propre jeu… et ils gagnent de loin.

Tout a commencé avec « WallStreetBets » – un groupe sous-reddit qui fonctionne comme un forum de discussion où les participants parlent des actions et des options tout en donnant parfois des conseils de trading ou en racontant des histoires liées à la bourse.

Fondé il y a 8 ans, WallStreetBets comptait environ deux (2) millions de membres, mais ce nombre a doublé la semaine dernière.

Tout a commencé avec une société appelée GameStop (ticker $GME). Cette entreprise est l’une des actions favorites des hedge funds spécialisés dans la vente à découvert d’actions (short-selling). Avec une vente à découvert, la personne ou l’entité qui vend l’action est tenue de réaliser 100 % de l’investissement si l’action tombe à zéro – en clair, si l’entreprise fait faillite.

Alors, quel a été le problème de la plupart de ces hedge funds ? WallStreetBets a décidé de prendre l’autre côté de la position !

Alors que les pertes des positions longues sont limitées à la baisse – par exemple, le titre ne peut pas descendre en dessous de zéro, les pertes des vendeurs à découvert ne sont pas limitées à la hausse.

Voici comment cela se passe : il y a à la fois un short-squeeze et un gamma squeeze en jeu, une combinaison mortelle pour les vendeurs à découvert…

Qu’est-ce qu’un « Short Squeeze » ?

Lorsque les vendeurs à découvert parient sur la baisse d’une action, ils empruntent en fait ces actions à leurs courtiers en leur promettant de les leur rendre plus tard. L’objectif est de réaliser un bénéfice avec la baisse du prix des actions, car les vendeurs à découvert vont d’abord vendre leurs actions et les racheter à un prix plus faible.

Par exemple, si un vendeur à découvert vend une action à 50 $ et que le prix passe à 40 $, le vendeur a fait un bénéfice s’il décide de racheter l’action et de la rendre à son broker à ce moment-là. En effet, le vendeur à découvert fermera sa position à découvert en restituant les actions aux courtiers et en réalisant un bénéfice de 10 $ (50 $ – 40 $)

Mais que se passe-t-il si le prix ne fait que monter ? C’est à ce moment-là que le short squeeze entre en jeu !

Supposons que le prix de l’action passe de 50 $ à 100 $. Lorsque le prix de l’actif vendu à découvert augmente rapidement, le vendeur à découvert est obligé de couvrir ses positions courtes en achetant les actions sur le marché et en les restituant aux courtiers.

On comprend donc que le vendeur à découvert est en fait en train d’alimenter la hausse, ce qui entraine une augmentation des prix encore plus importante. En d’autres termes, le vendeur à découvert est obligé de quitter le marché en achetant les actions pour couvrir ses positions courtes.

Dans le cas de GameStop, le groupe WallStreetBets a généré hier un trou de 5 milliards de dollars dans les poches des vendeurs à découvert… Et ce n’était qu’hier ! Le short-squeeze épique a également bénéficié d’une autre chose qui a mal tourné pour les hedge funds : un gamma squeeze.

Qu’est-ce qu’un « Gamma squeeze » ?

Un gamma squeeze appartient au monde dit « sombre » du trading des produits dérivés. Pourquoi ? Parce que les produits dérivés ont été à l’origine de la grande crise financière de 2008-2009. L’un des principes défendus par les membres de WallStreetBets est le suivant : comment se fait-il que les sociétés d’investissement aient été renflouées après la crise, alors que c’est le particulier qui a dû payer la facture ?

Et bien maintenant, ce sont les mêmes armes qui sont utilisées pour « punir » les riches de Wall Street.

Avant de parler du gamma squeeze, il convient de mentionner qu’il s’agit d’un phénomène relatif au trading d’options. Les options sont des produits dérivés qui fluctuent en fonction de l’évolution de l’actif sous-jacent (c’est-à-dire ici l’action qui a été vendue à découvert par les hedge funds).

Le problème avec ces options c’est que, bien qu’elles appartiennent à un marché différent, elles ont des effets indirects sur le prix réel de l’actif sous-jacent sur le marché boursier.

En effet, les options sont soit des options call (achat), soit des options put (vente). Si vous achetez une option de vente (put), vous vous attendez à ce que le prix de l’actif sous-jacent baisse. Si vous achetez une option d’achat (call), vous vous attendez à ce qu’il augmente. N’oubliez pas qu’il ne s’agit que de contrats et le coût de ce contrat est ce que l’on appelle le premium.

Mais lorsque vous achetez une option d’achat (c’est-à-dire en vous attendant à ce que le marché évolue à la hausse), quelqu’un doit vous vendre cette option – c’est là que le teneur de marché (market maker) entre en jeu.

Le teneur de marché réfléchit à deux fois à l’exposition au risque qu’il encourt, surtout si le prix de l’action évolue ensuite réellement à la hausse. Il choisira donc de couvrir son exposition, car si le prix de l’action dépasse le prix d’exercice, il subira une perte.

Pour se prémunir contre un tel scénario, le market maker se rend sur le marché réel et achète des actions pour lui-même. Plus le prix augmente, plus il achète d’actions.

Voilà l’effet indirect d’un contrat d’option sur le prix réel de l’actif sous-jacent !

Les teneurs de marché utilisent le delta, une mesure de l’évolution du prix d’un contrat d’option par rapport à une variation d’un dollar de l’action réelle. Le gamma représente le taux de variation. Ainsi, dans le cas d’un gamma squeeze, plus le delta et le gamma augmentent, plus le teneur de marché est obligé d’acheter d’actions sur le marché…

Comment fonctionne un squeeze ?

Tout commence avec une personne (c’est-à-dire un hedge funds) ayant une exposition courte sur une entreprise (vente à découvert) dans le but de profiter d’une baisse des prix de l’action de la société en question.

Si d’autres traders pensent que la société vaut plus que le prix actuel, ils peuvent décider d’acheter l’action elle-même ou d’acheter des options d’achat (ou les deux).

Chaque fois que le prix de l’action augmente d’un dollar, les vendeurs à découvert subissent à la fois un « short squeeze » (le vendeur à découvert doit acheter les actions pour les rendre aux courtiers) et un « gamma squeeze » (les teneurs de marché doivent acheter les actions pour se couvrir contre le risque que l’option soit exercée dans la monnaie (in the money)).

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs ?

Soudain, le trader particulier est celui qui influence (voire dirige) le marché. Lorsque deux millions de traders possédant un petit compte de trading agissent à l’unisson, ils agissent comme un énorme fonds à eux seuls avec des capitaux et des ressources considérables.

Les investisseurs devraient s’en soucier car, pour la première fois, les traders particuliers pourraient changer le marché boursier de façon permanente. Nous sommes peut-être au début d’une nouvelle ère en matière d’investissement, où le pouvoir passe des institutions aux individus…

Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.