AccueilYouTube nie toute responsabilité de crypto scam dans le procès de Ripple

YouTube nie toute responsabilité de crypto scam dans le procès de Ripple

L’équipe juridique de la plateforme de partage vidéo nie toute responsabilité concernant l’escroquerie car le contenu a été réalisé par des tiers

En réponse à la récente action en justice intentée par Ripple contre YouTube, la plateforme de médias en ligne a nié toute responsabilité dans le crypto scam, affirmant qu’elle était l’œuvre d’une partie distincte qui ne fait pas partie de YouTube.

Au début de cette année, une arnaque « XPR Giveaway » est apparue sur YouTube. Les escrocs accédaient aux chaînes YouTube des créateurs de contenu par des attaques de harponnage. Ensuite, les escrocs ont dépouillé les chaînes de tout leur contenu et ont publié des vidéos en se faisant passer pour le PDG de Ripple, Brad Garlinghouse.

L’arnaque demandait aux utilisateurs d’envoyer entre 5 000 et 10 000 XPR à une adresse indiquée, en promettant un retour de 500 % aux utilisateurs. Ripple soupçonne toujours YouTube d’être complice de l’arnaque en donnant aux fraudeurs la possibilité de diffuser des publicités et d’en tirer profit.

Le dossier du tribunal indique que :

« YouTube tire profit de l’escroquerie en vendant sciemment des publicités payantes au nom des fraudeurs qui se font passer pour Ripple et M. Garlinghouse. Ces annonces – appelées « annonces de découverte vidéo » – sont conçues par YouTube pour apparaître en haut de sa page de résultats de recherche, à côté des résultats de recherche organique ».

L’équipe juridique de YouTube nie toute responsabilité au titre de l’article 230 de la loi sur la décence en matière de communication, selon lequel l’éditeur ne peut être tenu responsable du contenu publié par des tiers.

L’équipe de défense a déclaré que Ripple n’a pas accusé YouTube de solliciter, d’encourager ou de participer à l’arnaque, ce qui les dégage de toute responsabilité.

Un fléau permanent

Les crypto scams sont un concept très familier aux investisseurs chevronnés, mais elles peuvent sembler être une occasion lucrative de gagner de l’argent aux nouveaux investisseurs qui ne sont pas encore informés.

Les escroqueries se déroulent généralement de manière similaire en créant de faux profils de célébrités ou, dans certains cas, en piratant des comptes de médias sociaux pour promouvoir « un investissement crypto extrêmement lucratif », qui exige des victimes qu’elles transfèrent une certaine quantité de crypto.

Récemment, une enquête menée par le Groupe IB a révélé une fraude au crypto qui a fait plus de 250 000 victimes aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

Peu de temps après, une escroquerie est apparue sur Twitter, où 130 comptes Twitter très médiatisés ont été piratés pour promouvoir une escroquerie à Bitcoin. Parmi ces personnes se trouvaient des entrepreneurs très riches, comme Bill Gates, Elon Musk et Jeff Bezos, dans le but de légitimer l’escroquerie.

Les investisseurs doivent être extrêmement prudents, car les crypto scams peuvent exister sous forme de cadeaux, de sextorsion, de faux exchanges et de fausses ICO. Une étude de Whale Alert a montré que plus de 38 millions de dollars en Bitcoin ont été volés par des escrocs au cours des quatre dernières années.

Tags:
Nous utilisons des cookies pour personnaliser notre contenu et nos publicités, fournir des fonctionnalités pour les médias sociaux et vous offrir une meilleure expérience. En continuant à naviguer sur le site ou en cliquant sur “OK, merci”, vous consentez à l’utilisation de cookies sur ce site.